En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

... en étant au coeur des conflits.

Tous les articles (12)
  • BELMIHOUB Hamza ET MONFRAY Théo

    1
    Par FREDERIC DURDON, publié le vendredi 9 mai 2014 14:49 - Mis à jour le lundi 12 mai 2014 15:39

     

    « Prière à la mémoire de Younès Résal » (Hansi – Octobre 1914) Fonds Résal, Famille Résal – Hansi.

    Date : Fin Octobre 1914 (Début de la Première Guerre Mondiale, « Course à la Mer »)

     

    Auteur : Hansi (signé en bas à droite) de son vrai nom Jean-Jacques Waltz est né le 23 février 1873 à Colmar lorsque l'Alsace était sous annexion de l'Empire Allemand. Il s'engage publiquement contre le pangermanisme, visant à mettre en place la Grande Allemagne réunissant tous les germanophones d'Europe. Condamné pour haute trahison par les Allemands en 1914, Hansi se réfugie en France et s'engage en août 1914, à 41 ans, dans le 152e régiment d'infanterie en tant que caporal mais ne combat pas au front, il occupe des postes d'interprète, de rédacteur de tracts et d'affiches destinées à la guerre psychologique contre les allemands.

    Nature / Source : Il s’agit d’un dessin en noir et blanc à la mémoire de Younès Résal né en 1891 et fils d'Eugène et Julie Résal. Après être sorti de Polytechnique, Younès part à la guerre comme sous-lieutenant au 55e régiment d'artillerie. Ce dessin est issu de la correspondance entre la famille Résal et Hansi. Il est donc de petit format. Ce dessin a été envoyé par Hansi à Julie Résal pour la mort de son fils Younès (le 10 septembre 1914 à Issoncourt au sud de Verdun).

    Description / analyse : à droite nous pouvons voir un « panneau » où il est inscrit « Ci git le sous-lieutenant Younès Résal Mort Pour La France Octobre 1914 ». Il s'agit donc d'un dessin à la mémoire de Younès Résal mort le 10 septembre 1914 mais l'annonce officielle de sa mort n'a été faite à sa famille qu'en octobre 1914. Sous le panneau nous pouvons distinguer une gerbe de fleurs avec un ruban aux couleurs de la France nouvelle preuve de l'aspect commémoratif de ce dessin. Face à ce panneau nous voyons une petite fille alsacienne du fait de son costume traditionnel alsacien (petit chapeau, foulard sur les épaules...) qui est un personnage récurrent de l’œuvre d'Hansi. Cette petite fille prie, sûrement à la mémoire du défunt. Si l'on s'éloigne du premier plan on apercevoir alors un village, élément aussi très récurrent dans l’œuvre d'Hansi. Et entre la scène au premier plan et ce village il y a une vaste étendue plate et uniforme qui représente une plaine : une des caractéristiques majeures du paysage alsacien. Dans le ciel, nous pouvons distinguer un clocher, sans doute la cathédrale de Strasbourg qui est aussi une figure récurrente de l’œuvre d'Hansi.

    On peut voir une casquette de soldat sur le panonceau où il est écrit « Mort pour la France », il s'agit donc là d'un dessin ayant une visée commémorative.

    Julie Résal aurait envoyé une photo de Younès à Charles Lanrezac, ami de Hansi. Il y a donc une correspondance indirecte entre les deux.

     

     

     

     

  • Marine et Lola 1ere L: la bataille de la Marne.

    1
    Par FREDERIC DURDON, publié le vendredi 9 mai 2014 14:51 - Mis à jour le lundi 12 mai 2014 15:29

    La bataille de la Marne est un dessin d’Hansi datant du 18 novembre 1914. C’est dans une des lettres datant du 28 février 1915 et appartenant à la correspondance de la famille Résal, que l’on en apprend plus sur ce dessin. En effet, voilà ce qu’écrit Julie à Salem: « J’oubliais de te dire que le numéro de « L’illustration de Noël habituellement, a paru seulement il y a huit jours, consacré entièrement à la guerre et très joli avec photographies et dessins. L’un est de Hansi, c’est la bataille de la Marne transformée en jeu d’enfants, entre petits Allemands et Français où ces derniers bousculent ferme les premiers. » L’allemand prend une place importante dans les représentations d’Hansi avec notamment ce dessin, où est représenté un soldat allemand portant sur lui d’innombrables choses. Ici Hansi, comme avec la bataille de la Marne, rappelle que les allemands étaient surnommés les « voleurs de pendules ».

     

  • Théo Jacoby - Koaly et Maxime Rabaud

    2
    Par FREDERIC DURDON, publié le vendredi 9 mai 2014 14:42 - Mis à jour le lundi 12 mai 2014 15:07

  • Exposition virtuelle Kevin, Antoine et Milan 1ere Sb

    2
    Par FREDERIC DURDON, publié le vendredi 9 mai 2014 14:46 - Mis à jour le lundi 12 mai 2014 15:06

    Celle-ci présente une autre facette de Hansi, effectivement, c'est dans cette image que Hansi rend hommage à un soldat de la Grande Guerre, Richard Reichmann.

    Lithographie « Prière en Alsace à la mémoire d’un ami mort », 191Les images numérisées sont tirées du fac-similé réalisé d’après l’exemplaire de luxe N°97 del’édition de 1913.

  • Exposition virtuelle de Julie RETIF & Amélie PEUTEAU 1ere Sb

    1
    Par FREDERIC DURDON, publié le vendredi 9 mai 2014 14:47 - Mis à jour le lundi 12 mai 2014 15:05

    Exposition virtuelle

    1er document: « Mon village. Ceux qui n’oublient pas »

    C'est un dessin appelé « Mon village. Ceux qui n’oublient pas » est réalisé à Paris, en 1913 par Hansi, un artiste peintre, dessinateur et écrivain et ami de la famille Résal. Il est né en 1873. Ce dessin représente la guerre entre les français et les allemands sur le territoire Alsacien.

     

    • Description: Cette image est un dessin de Hansi, un ami de la famille Résal. Au premier plan il y a deux jeunes enfants de dos, dans la tenue traditionnelle alsacienne. A coté d'eux il y a un monument aux morts, surmonté d'un coq. Sur ce monument est gravé « AUX SOLDATS FRANCAIS MORTS POUR LA PATRIE », ainsi qu'une femme aillée. Au deuxième plan, on peut voir un paysage de campagne. Dans le ciel les nuages représentent une armée de cavaliers.

     

    • Interprétation: Nous pouvons interpréter cette image de la manière suivante. Les deux enfants représentent l'avenir de l'Alsace, que l'on peut imaginer lugubre car les enfants sont peint avec des teints sombres. Nous pouvons penser que le coté éclairé des champs est le coté français et le côté sombre est le côté allemand. Le monument aux morts représente les soldats français, identifiés grâce au coq et à la gravure, morts pour défendre l'Alsace car en effet la grand guerre fût une guerre très meurtrière. A coté de ce monument la femme ailée pourrait représenter la République ou correspondre à la femme sur le dessin qui entoure la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen. Les cavaliers dans le ciel représentent l'armée qui se bat sans relâche pour l'Alsace. De plus la couleur rouge pourrait nous faire penser au sang qui jonchait le sol lor