En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Espace pédagogique d'établissement

"Des lieux d'Histoire et de Mémoire de la Résistance et de la Shoah de l'Anjou à Cracovie "( 2014)

Angers : Michel Debré et le retour à l'autorité républicaine.

Publié le mardi 8 avril 2014 11:20 - Mis à jour le mardi 22 avril 2014 21:47

Angers : Michel Debré et le retour à l’autorité républicaine.

 

Si la libération de la France et d'Angers ne laissait plus guère de doute depuis le débarquement de Normandie le 6 juin 1944, très vite se posa la question du retour de l'autorité républicaine en Anjou comme dans le reste du pays d'ailleurs. Il convient, en effet, de rétablir l'ordre au plus vite pour ne pas voir le pays sombrer dans le chaos. La Résistance menée par le général De Gaulle n'a pas attendu la fin de la guerre pour songer à l'avenir du pays et de ses institutions politiques. A Angers la restauration républicaine est, bien entendu, comme partout ailleurs, associée à l'image du général De Gaulle, chef du gouvernement provisoire. Cependant, il convient d'évoquer le rôle joué par un de ses proches : Michel Debré.

 

 

 

Charles De Gaulle, président du GPRF.

Michel Debré, chargé par le général De Gaulle de rétablir l'autorité républicaine en Anjou.

 

Michel Debré est né le 15 janvier 1912. Mobilisé comme beaucoup de Français en 1939, il est fait prisonnier lors de l'offensive allemande de 1940 mais parvient à s'évader. Il s'engage dans la Résistance en 1943 après avoir, dans un premier temps, servi le régime de Vichy. L'invasion de la zone libre, fin 1942, semble avoir joué un rôle déterminant dans son choix. Il adhéré au réseau « Ceux de la Résistance » (CDLR) sous le nom de Fontevrault, puis de François Jacquier. Peu de temps après, durant l'été, il est chargé par Charles De Gaulle d'établir la liste des préfets qui vont remplacer ceux du régime de Vichy, lors de la libération.

Il entre au gouvernement provisoire de la République française (GPRF) au sein duquel, le général De Gaulle le charge de la réforme de la fonction publique. A ce titre, il est à l'origine de la création de l'école nationale d'administration (ENA) dont les bases avaient été mises en place, avant guerre, par Jean Zay.

Concentrons nous à présent sur son entrée « fracassante » dans la ville d'Angers.

 

Dès les premiers jours du mois d'août 1944, les Angevins comprennent que la libération est imminente. Déjà fin mai, la ville a subi les bombardements de l'aviation alliée. Depuis le débarquement de Normandie l'issue de la guerre ne fait plus guerre de doute. L'armée de Patton progresse rapidement et permet la libération de l'ouest de la France. Le 10 août 1944, après des combats acharnés (notamment aux abords du pont de Pruniers) la vile est libérée plus rapidement que prévu grâce aux renseignements fournis par les résistants angevins.

 

Un homme, désigné par le gouvernement provisoire du général de Gaulle se prépare : Michel Debré. Le moment est venu pour lui, en ce 10 août 1944, de sortir de l'ombre. « Mon objectif est clair. Le général américain qui entrera dans Angers doit me trouver dans le bureau du préfet ». Michel Debré, se présente à la préfecture, et signifie son congé au préfet Charles Donati, représentant du gouvernement de Vichy, qui n’oppose aucune résistance. Ses premières décisions consistent à faire apposer sur les murs de la ville fraîchement libérée des affiches clamant l'abrogation des lois de Vichy et le retour à la République (voir ci-dessous)


 


 

Affiche placardée sur les murs de de la ville d'Angers

par Michel Debré alias Jaquier

 

« Pavoisez en l'honneur des armées alliées et de leur victoire ! Pavoisez en l'honneur de la République et du général de Gaulle ! », proclame Michel Debré. Angers est officiellement libérée.


 

 

 

 

 

 

Il assurera jusqu'au 8 avril suivant la mission de commissaire de la République pour la région d'Angers, veillant autant au rétablissement de la liberté qu'à l'amélioration des difficiles conditions matérielles.

 

Michel Debré dans son bureau à la préfecture d'Angers.

Charles De Gaulle en Anjou :

14 janvier 1945 : le chef des forces françaises libres, puis du GPRF, celui qui incarne l'âme de la Résistance, Charles de Gaulle, vient rendre hommage sur le sol angevin à tous ceux qui ont permis la libération du territoire.

Michel Debré étant devenu nouveau préfet de la ville, l’accueille. A l'hôtel de ville, le général prononce un discours devant la foule venue l'acclamer.

« Combien je suis ému par la réception que veut bien me faire la grande ville d'Angers. Je sais bien ce qu'Angers a souffert pour la patrie pendant les cruelles années qui viennent de se dérouler. Ce qu'Angers a souffert matériellement, ce qu'Angers a souffert moralement dans tous les cœurs de tous ceux et toutes celles qui l'habitent comme d'ailleurs et en même temps on souffert pour la cause qui est celle de la France tous les fils et toutes les filles de la patrie. Maintenant Angers est libérée [...]Angers reprend sa route. »

« Nous savons bien ce qu'il y avait de mérite dans notre peuple, nous savons bien aussi quels on été nos défauts et nos fautes. C'est le rassemblement des Français qu'il faut a la France aujourd'hui. »

 

 

Charles de Gaulle remonte le boulevard du Maréchal-Foch (angle de la rue d'Alsace), à Angers le 14 janvier 1945.

 

 

Deux hommes de premier plan après guerre.

Leur carrière politique est, par la suite, intimement liée. En effet, Michel Debré sera avec De Gaulle le père de la constitution de la Vème République. De Gaulle président du nouveau régime en 1958, Debré devient son premier 1er ministre. Il le restera jusqu'en 1962.

Il occupera par la suite, à plusieurs reprises, des fonctions ministérielles, étant tout à tour ministre de l'Économie et des Finances, des Affaires étrangères, et enfin de la Défense nationale. Il est mort le 02 août 1996, à l'âge de 84 ans.

Aujourd'hui, à Angers, plusieurs lieux font allusion à l'action de Michel Debré.

Préfecture d'Angers prise en 2014 (photo C.Robin).

 

 

Place Michel Debré à Angers

(photo C. Robin) :

(commissaire de la République pour la région d'Angers du 10 Août 1944 au 1èr avril 1945)

 

 

-Bibliographie-

 

Pour les renseignements, nous sommes allés chercher dans les sites suivants :

 

  • Site des archives départementales du Maine et Loire.

http://www.archives49.fr/

 

  • Site de la préfecture du Maine et Loire.

http://lannuaire.service-public.fr/services_locaux/pays-de-la-loire/maine-et-loire/prefecture-49007-01.html

 

  • Site de Ouest-France.

http://www.ouest-france.fr/il-y-68-ans-la-liberation-dangers-en-images-journee-du-10-aout-328484

 

  • Discours enregistré du général de Gaulle à Angers le 14 janvier 1945.

 

Nous avons trouvé les photos dans les sites suivants :

 

Illustration n°1 : Photo prise en 1945.

http://en.wikipedia.org/wiki/Charles_de_Gaulle

 

Illustration n°2 : Photo prise le 15 janvier 1912 à Paris.

http://www.economie.gouv.fr/caef/michel-debre

 

Illustration n°3 : Photo prise en 1944 à la préfecture d'Angers.

http://www.archives49.fr/histoire-de-lanjou/il-etait-une-fois-lanjou/xxe-siecle/

 

Illustration n°4 : Photo de la Proclamation signée par Michel Debré.

http://www.ouest-france.fr/il-y-68-ans-la-liberation-dangers-en-images-journee-du-10-aout-328484

 

Illustration n°5 : Charles de Gaulle ; Remontée du boulevard du Maréchal-Foch, à Angers le 14 janvier 1945.

http://www.angers.fr/de-projets-en-projets/decouvrir-angers/histoire-d-angers/chroniques-historiques/pour-s-informer/aout-1944-angers-est-liberee/index.html

 

Illustration n°6 : Photo prise en 2014 par C. Robin

 

Illustration n°7 : Photo prise en 2014 C. Robin

 

 

-Article rédigé par Elisa GAY, Keziah OHOUO & Cléa ROBIN de la classe de 1ère ESL.-

Article suivant " 70 ans après, Angers se souvient"

SOMMAIRE