En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

"Des lieux d'Histoire et de Mémoire de la Résistance et de la Shoah de l'Anjou à Cracovie "( 2014)

Etre juif à Cracovie avant la guerre

Publié le mardi 18 mars 2014 15:55 - Mis à jour le mardi 22 avril 2014 22:43


 

Cracovie fut une terre d'asile pour les juifs d'Europe depuis le Moyen-Age. Notamment dans le quartier phare de la ville, Kazimierz. Bien que cette communauté fut en grande partie décimée, il reste encore une centaine de juifs à Cracovie. Leur culture et leur mémoire sont toujours présentes avec les nombreuses synagogues et le festival de culture juive.

I) Cracovie, une terre d'asile:


    L'histoire de Cracovie est fortement marquée par la présence d'une importante communauté juive dont les premières traces remontent au XIIIème siècle, plus exactement en 1304. Cracovie est un "refuge" pour les juifs alors que d'autres pays les persécutent au Moyen-Age. Bénéficiant d'une relative protection de la part des autorités locales, les juifs contribuèrent à la prospérité économique de la ville et à son enrichissement social au fil des générations. Ils participèrent également à la vie politique jusqu'aux plus hautes fonctions, comme le maire de 1933 à 1939, Mierzyslav Kaplicki, ou le rabbin Ozjasz Thon, député à la Diète (chambre basse du Parlement polonais) de 1919 à 1935. En 1931, la population juive était de 56 800 personnes à Cracovie, avant la seconde guerre mondiale elle était de 65 000 personnes. Aujourd'hui, Cracovie est la troisième grande ville de Pologne avec ses 750 000 habitants ainsi que la plus ancienne.

 

II) Kazimierz, un quartier phare de Cracovie:
 

   Dans cette ville, le quartier de Kazimierz et le quartier de Podgorze étaient occupés par les juifs afin qu'ils ne cohabitent avec les chrétiens, ces quartiers ont été créés pour des raisons économiques et politiques. Kazimierz a été fondé en 1335 par Casimir III le Grand (Casimir Wielki). Cette ville nouvelle s'est rattachée à Cracovie en 1801, devenant un partenaire commercial de Cracovie et la protégeant de ses murailles du côté sud. Kazimierz regroupait la majeure partie des 65 000 juifs de Cracovie, soit le quart de la population totale de la ville.
*1818: le Sénat de Cracovie a enfin accordé aux juifs un nouveau statut leur permettant de vivre parallèlement comme de vrais citoyens dans la ville de Kazimierz.
*1822: les murs du quartier juif sont abattus, Cracovie devient une ville indépendante, cela permet aux juifs d'accéder au quartier chrétien.
*1860: l'interdiction faite aux juifs d'habiter ailleurs que dans le ghetto est officiellement levée.
Kazimierz devient un centre culturel et religieux pour les juifs au cours du XIXème siècle. De nombreuses synagogues, d'écoles yeshivas et heders sont construites.
Tous les juifs vivaient dans le quartier Kazimierz avant la guerre. 1495 est une date charnière dans l'histoire de cette ville comme dans celle des juifs de Cracovie. C'est en cette année que le roi Jan Olbracht a signé un décret obligeant les juifs à quitter Cracovie car ils étaient accusés d'avoir provoqué le grand incendie de la ville en 1494. Rejetés aussi par les chrétiens qui les tenaient pour responsables de leur pauvreté parce qu'ils étaient tous commerçants, artisans ou banquiers.

Ainsi on peut donc voir que même avant la guerre les juifs étaient déjà mis à l'écart  par la société.

Le plan de Cracovie avec Kazimierz à l'Est, on peut apercevoir le quartier Podgorze.

               Le plan de Kazimierz

Le plan de Cracovie avec Kazimierz à l'Est, on peut apercevoir le quartier de Podgorze
Des bâtiments présents dans le quartier Kazimierz, une architecture géométrique et classique.
La place s'appelle Wolnica
  L'ancien hôtel de ville de Kazimierz. C'est    un quartier dynamique.

 


Place Nowy (Nouvelle), place juïve, place dite aussi du marché. L'ambiance y est chaleureuse et le décor original.

Voici la réplique du bas-relief  de Henryck Hochman, accueil des juifs en Pologne sur l'ancien hôtel de ville de Kazimierz à la place Wolnica.

lieu de méditation sur le martyr de 65 000 citoyens polonais  juifs de Cracovie et ses environs tués par les nazis pendant la seconde guerre mondiale. "Tombe pour tous".


Sept synagogues sont présentes à Cracovie dont trois dans le quartier de Kazimierz.
 

 

La synagogue Remu datant du XVIème siècle est ouverte au culte mais sa forme architecturale contemporaine date de 1829, a subi différentes modifications: L'entrée de la synagogue. C'est une petite synagogue qui devait être utilisée par une petite communauté juive.

Voici l'espace réservé aux femmes car elles devaient être séparées des hommes afin de ne pas les voir prier.

 

La synagogue Ayzik (Isaac) datant de 1644, c'est la plus grande et la mieux équipée des synagogues de Kazimierz. L'un des éléments principaux de l'intérieur de la synagogue était la bimah (estrade où se la Torah e où est célébrée la liturgie), qui malheureusement n'existe plus.
La synagogue Ayzik (Isaac) datant de 1644, c'est la plus grande et la mieux équipée des synagogues de Kazimierz. L'un des éléments principaux de l'intérieur de la synagogue était la bimah (estrade où se la Torah e où est célébrée la liturgie), qui malheureusement n'existe plus.

 

Dans cette synagogue, les femmes doivent emprunter les escaliers et les hommes l'entrée principale.

 

Actuellement, la synagogue appartient à la commmunauté Cultutelle  juive de Cracovie. Depuis 1997, elle est ouverte au public, l'intérieur y est extraordinaire.

 

La synagogue Kupa de Cracovie dit aussi "Synagogue de l'hôpital" (à proximité de l'ancien hôpital juif). Sa construction fut terminée probablement dans les années 1640.
Cette synagogue est destinée aux "pauvres". Elle fut construite tout près de la partie nord des remparts entourant la ville, entre la rue appelé Jakuba et Plac Nowy ( La Nouvelle Place)

 

Les quatre autres synagogues sont:

Cette synagogue est destinée aux "pauvres". Elle fut construite tout près de la partie nord des remparts entourant la ville, entre la rue appelé Jakuba et Plac Nowy ( La Nouvelle Place)
Elle date de la Renaissance. Au début ce n'était qu'une synagogue pour les hommes. Vers la fin du XVI ème siècle et dans la première moitié du XVIIème siècle deux salles de prières furent ajoutées à la halle principale du côté sud et nord.
Une des particularités de la Vielle synagogue était le rituel original de la fête Simchat Tora (la joie du don de la Torah).

 

La synagogue Tempel (Postepowa-Progressiste) datant du XIX ème siècle où des vitraux somptueux sont présents. Ce fut la dernière synagogue construite.


Suite à une période d'oubli et d'abandon, la synagogue a été entièrement rénovée et réhabilitée. Aujourd'hui, Tempel est le lieu des concerts annuels inaugurant le Festival de la Culture juive à Cracovie.

 

La synagogue Popper datant de 1620, elle est séparée de la rue par une cour assez profonde, fermée par une porte. Elle fut construite en tant que fondation privée de Wolf Popper, à l'époque l'un des plus riches commerçants et financiers juifs à Cracovie. De dimensions modestes, elle fut communément appelée: "la Petite"
Et enfin la Haute synagogue datant du XVI ème siècle qui a subi plusieurs incendies au cours du XVIII ème siècle
L'appellation "Haute" a pour origine l'emplacement de sa salle de prières, qui pour des raisons de sécurité, était située à l'étage de l'édifice.

 

Des cimetières sont également présents:

Le vieux cimetière datant de 1533 qui est “accollé” à la synagogue Remu. Il fut fermé en 1800, cependant il y eut encore quelques enterrements de personnalités juives au cours de la 1ère moitié du XIXème siècle.

Des pierres figurent sur les tombes car pour les juifs, c'est un symbole d'hommage et de respect. Quelques unes sont recouvertes d'un petit “toit” pour les protéger des pollutions et ainsi les garder intactes.

 

 

 

 

 

Le mur des Lamentations, pour faire un parallèle entre les vestiges d'un lieu sacré des juifs de Cracovie et les vestiges du Temple détruit à Jérusalem

 

 

 

 

 

 

Une prière a lieu pour commémorer l'anniversaire de la mort de rabbin Mojzesz Isselers dans le vieux cimetière. On aperçoit la tombe de Moise. Des papiers y sont enfouis; ce sont des voeux que des gens ont déposés.

<-- vu de face

    vu de derrière -->

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Nouveau cimetière juif datant de 1800. Deux autres cimetières existaient mais malheureusement ils ont été dévastés pendant la seconde guerre mondiale.

Cimetière dévasté entouré de barrières ayant la forme de la ménorah (chandelier à sept branches), symbole religieux des juifs.

 

 

 

 

 

 

Ces lieux de mémoire et de souvenirs sont très importants pour les juifs, ils permettent de laisser une trace de leur passage dans le monde.

III) Une communauté décimée mais une histoire toujours présente:

Kazimierz a une intense vie culturelle. En effet malgré une population juive d'une centaine de membres donc beaucoup moins nombreuse qu'avant la seconde guerre mondiale, un festival de Culture juive de Cracovie a lieu chaque année depuis 1988 fin juin début juillet pendant 10 jours. C'est un évènement culturel organisé dans l'ancien quartier juif de Kazimierz de Cracovie. Il est devenu l'un des plus grands festivals du genre dans le monde, il a été créé par Janusz Makuch et Krysztof Gierat. Le programme était centré autour d'une session scientifiques consacrée aux cultures juives et polonaises. Le groupe a ensuite grandi au fil des années devenant une occasion de rencontrer les acteurs et les connaisseurs de la culture juive passée et présente à travers le monde, dans une perspective ouverte sur les autres cultures.

Place où a lieu le festival

 

Centre de communauté juive

Restaurant "Ariel" : lieu privilégié des participants au festival juif.

A l'entrée de ce bâtiment est placé la torah, c'est un objet symbolisant les textes religieux, situé près des portes des lieux juifs. Lorsque un juif entre dans ce bâtiment il touche cet objet de

la main droite et prononce une phrase.

 

 

 

 

 

 

Le centre de la Culture juive dans l'ancienne maison de prières Bre Emune

 

 

 

 

 

 

Le musée Schindler retrace les années de la guerre et nous montre Oskar Schindler, un entrepreneur ayant une industrie allemande qui a sauvé 1100 juifs en les faisant travailler dans sa fabrique d'émail et de munitions.

Le musée Schindler dans le quartier du ghetto, retrace les années de la guerre et nous montre Oskar Schindler, un entrepreneur ayant une industrie allemande qui a sauvé 1100 juifs en les faisant travailler dans sa fabrique d'émail et de munitions.  
Lieu où ont été tournées certains scènes du  film "La liste de Schindler" de Steven Spielberg :

 

En conclusion, l'histoire et la mémoire juive restent quand même "présents" grâce au patrimoine, à la culture et aux commémorations. Toutes ces choses mises en place permettent à tous de se rappeler des 70 000 juifs de Cracovie

Sources :

-" la Cracovie juive, guide des monuments et des lieux d'histoire et de mémoire" écrit par Eugeniusz Duda.@edition vis-à -vis/Etiuda. Cracovie 2004

-les photos prises par les élèves en février 2014 sauf photographie des années 30 issue de  Google image

- 4 sites:

-*http://fr.m.wikipedia.org/wiki/Kazimierz ;

*http://www.shabbat-goy.com/?rage_id=2098 ;

*http://www.cultures-routes.lu/php/fo_index.php?ingfr&dest=bd_ar_det&pid=00000251&PHPSESSID=1084e3b293

http://www.cracovie.travel/guide/visite-de-cracovie/kazimierz/action,get,id,62190,t,Histoire-de-la-ville-de-Kazimierz-et-des-Juifs-de-Cracovie.html

 

Auteurs : LE JOLY Laura, FORESTIER Jean et BATARDIERE Alice 1ère ESa

Article suivant " Etre juif à Cracovie sous l'occupation allemande"

SOMMAIRE

Pièces jointes
Aucune pièce jointe