En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

"Des lieux d'Histoire et de Mémoire de la Résistance et de la Shoah de l'Anjou à Cracovie "( 2014)

La nouvelle synagogue d'Angers, un lieu de mémoire (1ère Esa)

Publié le mardi 18 mars 2014 15:52 - Mis à jour le vendredi 25 avril 2014 00:25

La synagogue d'Angers

La Shoah représente la mort de six millions de juifs en Europe dont  plus de 70 000 en France. Pendant l'occupation allemande vivait une petite communauté d'environ 400 juifs dans le Maine et Loire. Parmi ces personnes, 320 ont été déportés à Auschwitz. Seuls quelques uns sont revenus comme Henri Borlant. Nous allons vous présenter comment est entretenu la mémoire de la Shoah depuis 1945 :

I La nouvelle synagogue angevine, un lieu éminent et précieux d'histoire et de mémoire pour une communauté juive assez réduite aujourd'hui

II Deux moyens mis en place pour rappeler la Shoah dans le monde 

a) Yom Hashoah à Angers et dans le monde 

b)Yad Vashem pour les  martyrs juifs et les Justes parmi les nations

 

I La nouvelle synagogue angevine un lieu éminent et précieux d'histoire et de mémoire pour une communauté juive assez réduite aujourd'hui

A) La plaque : une place centrale dans la synagogue d'Angers pour rendre hommage aux juifs angevins morts en déportation et sans tombeaux

 

 

cliquer sur la photographie pour l'agrandir photographies M.Cochennec

 

 La plaque se trouve à l'entrée de la synagogue d'Angers, on y trouve en titre le message suivant

« A LA MEMOIRE DES VICTIMES JUIVES D'ANGERS »

puis un long paragraphe regroupant l'histoire de ses personnes depuis leurs arrestations, et enfin le nom de tous les juifs Angevins déportés, séparés en trois parties : les angevins ou réfugiés arrêtés à Angers (comme la famille Josefosicz ou Bergoffen), les enfants angevins arrêtés et regroupés au grand séminaire et aux Ponts de Cé(comme les enfants Czyzewsky agé de 6 et 2 ans) et les angevins arrêtés hors Angers ( Mme Velin agé de 62 ans) sachant qu' ils sont séparés par sexe. Il existe aussi deux autres plaques à Angers :

  • L'une au grand séminaire, lieu symbolique où plus de 800 juifs du Grand Ouest ont été regroupés après leurs arrestations en juillet 1942

cliquer sur la photographie pour l'agrandir

  • L'autre à la gare, lieu où les juifs ont été transportés  directement à Auschwitz pour le convoi No 8 du 20 juillet 1942

cliquer sur la photographie pour l'agrandir


Dans quel but ? Cette plaque est là pour nous rappeler à la fois un épisode douloureux de l’histoire d'Angers durant la Seconde Guerre mondiale, et aussi ce qu’ont vécu tous les Juifs, enfants compris, lors des rafles de 1941 à 1944 avec des déportations vers les camps d'extermination.

Elle a aussi pour but de leur rendre hommage car elle est comme un  tombeau,un lieu de recueillement,  la plupart des corps des victimes n’ayant  pas été retrouvés.

Une plaque dédiée au convoi n°8 qui est parti de province directement pour 'Auscwhitz avec 824 juifs de grand Ouest est à l'intérieur de la synagogue :

 

II Deux moyens mis en place pour rappeler la Shoah dans le monde

A) Yom hashoah

En Israel :

Ce Jour mémorial pour la Shoah et l’héroïsme est un temps fixé par l’Etat d' Israël dans la seconde moitié du XXe siècle comme jour mémorial pour l’insurrection du ghetto de Varsovie en 1943. La commémoration est ensuite étendue à l’ensemble des victimes juives de la politique nazie d'extermination du peuple juif.

Le 27 a donc été choisi, intervenant 8 jours avant Yom Ha'atzmaout le jour de l'indépendance d'Israel. Yom HaShoah a été instauré par une loi en 1959. C'est une cérémonie qui a été crée pour l'ensemble du peuple juif, par le parlement israélien.

Le jour de Yom HaShoah à 10 heures du matin, les sirènes retentissent pendant deux minutes à travers tout Israël. Les voitures, les bus s'arrêtent et les passagers en sortent. Les piétons s'arrêtent également et respectent deux minutes de silence. Pendant ce jour, les lieux de loisirs et la plupart des établissements publics sont fermés conformément à la loi. Les chaînes de télévision et de radio diffusent essentiellement des programmes documentaires à propos de l'Holocauste et des interviews et reportages sur les commémorations et de la musique triste.

En France :

À cette l’occasion  une lecture  publique des noms de chaque homme, femme, enfant juif déporté de France est organisée. De jour comme de nuit, de manière ininterrompue pendant 24 heures, les noms des déportés sont lus un à un. A Paris, 200 personnes : anciens déportés, parents, bénévoles, enfants liront tour à tour à partir des listes issues du livre Mémorial de la Déportation de Serge Klarsfeld, les noms de « ceux dont il ne reste que le nom »Simone Veil. Cette manifestation est placée sous le haut patronage du Président de la République, François Hollande et sous l’égide de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah. Sur les 76 000 noms inscrits sur le Mur des noms, sont lus les noms des personnes déportées par les convois n° 7 au n° 42.

Il existe 2 façons de commémorer Yom Hashoah

A la maison: En allumant une veilleuse et en la laissant brûler pendant 24 heures, toute la durée du Yom HASHOAH, comme on le fait traditionnellement à l’anniversaire de la disparition d’un être cher.

A la synagogue: On allume six grandes bougies en souvenir des 6 millions de personnes, assassinés uniquement parce qu’elles étaient juives.

B)Yad Vachem : En mémoire des martyrs juifs et des Justes parmi les Nations

 

 

Le mémorial de Yad Vashem est un mémorial israélien à Jérusalem, en mémoire des victimes juives de la Shoah perpétrée par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. Son nom fut tiré du chapitre V du Prophète Isaïe : « et je leur donnerai dans ma maison et dans mes murs un mémorial (Yad) et un nom (Shem) qui ne seront pas effacés ». Leurs noms sont inscrits sur le mur d’honneur du Jardin des « Justes parmi les Nations » Yad Vashem à pour mission de perpétuer le souvenir de la Shoah, pour que le monde n'en n'oublie jamais la cruauté et l'horreur. Ce travail de mémoire se fait avec des projets commémoratifs, en réunissant,en vérifiant et en publiant des témoignages personnels de rescapés ou d'autres personnes ayant vécu la Shoah, en accordant au victimes la nationalité israélienne à titre posthume, en remettant une médaille et un diplômes aux Justes parmi les nations et en représentant l’État d’Israël à l'étranger dans des actions commémoratives. Yad Vashem se trouve à Jérusalem , sur Har Hazikaron, la colline du Souvenir. L'institut s'étend sur une vingtaine d'hectares : il est composé de deux musées principaux, de plusieurs centres d'exposition, d'un ensemble unique de monuments et de sculptures. L'institut héberge également la collection la plus complète au monde de documents, de témoignages et d'informations diverses sur la destruction des Juifs. En France, il y a actuellement 3729 personnes reconnues de Juste parmi les nations et 155 dans les Pays de la Loire.

 

Un exemple d'une Juste dans le Maine-et-Loire : Odette Bergoffen. En juillet 1942 le Dr Moscovici et ses deux frères, réfugiés à Vernoil, sont arrêtés puis déportés à Auschwitz. Odette Blanchet, alors âgée de 18 ans, va faire preuve d'un immense courage. D'abord en aidant Mme Moscovici la femme du docteur, à fuir jusqu'à la zone libre en passant la ligne de démarcation près de Tours. Leur deux enfants, Liliane et Jean-Claude étaient restés chez des voisins à Vernoil. Mais ils furent arrêtés à leur tour puis envoyés au camp de Drancy.Par miracle, ils arrivent à s'en extraire. Leur mère a alors demandé à Odette d'aller les chercher. Ce qu'elle a fait, avant d'aller récupérer leur mère. Odette avais une tante à Morannes qui tenait une épicerie. Ils ont été hébergés par le curé de la commune, au bout d'un dortoir et ils y resteront jusqu'à la fin de la guerre. Le titre de Juste parmi les Nations lui a été décerné le 10 mai 1994.

Lien vers le panneau biographique sur Odette Blanchet-Bergoffen réalisé en 2011 par des élèves du lycée Henri Bergson

Lien vers le panneau biographique sur la famille Moscovici réalisé en 2011 par des élèves du lycée Henri Bergson

Le jardin des « Justes parmi les nations » à Yad Vashem.

 

Conclusion:


Yom Hashoah tout d’abord, nous rappelle le cataclysme, l’horreur des camps de la mort, . À l’occasion de Yom HaShoah, nous réfléchissons aux horreurs uniques de l’Holocauste, et nous nous souvenons des six millions d’hommes, de femmes et d’enfants innocents qui ont été brutalement tués par les nazis. En Israël, Yom HaShoah est un jour commémoratif national. Des communautés hors d'Israël  se rassemblent partout  pour se remémorer les victimes de l’Holocauste, pour rendre hommage aux survivants et pour reconnaître les braves personnes qui ont risqué leur vie pour en sauver d’autres.

 

Lien vers le panneau biographique sur Henri Borlant réalisé en 2011 par des élèves du lycée Henri Bergson

Lien vers le panneau biographique sur Léo Bergoffen réalisé en 2011 par des élèves du lycée Henri Bergson

Sources :

http://www.consistoire.org/communiques/67.seminaire-national-de-formation-des-

presidents-de-communautes-

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Yom_Hashoah

 

 

Auteurs : Carvalho Maurille, Gomez Juliette, Hernandez Vincent. Avril 2014

Article suivant sur " La synagogue, lieu de mémoire par des élèves de 1ère ESL"

SOMMAIRE

Pièces jointes
Aucune pièce jointe