En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Espace pédagogique d'établissement

"Des lieux d'Histoire et de Mémoire de la Résistance et de la Shoah de l'Anjou à Cracovie "( 2014)

Un lieu d'histoire et de mémoire : le quai du Maroc à Angers.

Publié le mardi 22 avril 2014 11:47 - Mis à jour le dimanche 18 mai 2014 17:34

.Le quai du Maroc.

 

 

Le Quai du Maroc de nos jours, photo prise par Quentin Thibault,

sur la passerelle traversant la gare St Laud.

 

Lors de la seconde guerre mondiale, Angers est la capitale du grand ouest.

Elle participe activement à la déportation des juifs, issus de l'Ouest de la France.Ainsi, le convoi n°8 parti du Quai du Maroc (en photo ci-dessus), en est l'exemple le plus marquant.

                           

                              Emplacement du Quai du Maroc, Google Map

 

 

Aujourd'hui, même si il n'y a pas d'indication précise sur l'emplacement du Quai du Maroc, on peut supposer qu'il se situe en face des bâtiment du Génie, derrière la caserne Eblé. En revanche, il n'est pas accessible au public. Toutefois, nous pouvons l'apercevoir en montant en haut du parking de la gare Saint Laud. C'est un lieu stratégique, car il se situe à quelques pas de la gare d'Angers. On peut y regrouper beaucoup de monde en toute discrétion. C'est pour cette raison, qu'il fut choisi comme lieu d'embarquement des déportés rassemblés à Angers de crainte qu'un départ depuis la gare ne suscite des troubles.

 

Le Quai du Maroc, comme son nom l'indique, est une sorte de "station",  sur un axe ferroviaire. L'opération d'embarquement en vue de la déportation a eu lieu le 20 Juillet 1942. Ce jour là, 824 personnes, juifs et résistants politiques, venus de l'ensemble de la région du Pays-de-la-Loire, sont regroupés sur ce quai par les autorités allemandes pour être envoyés directement vers le camp d'Auschwitz en Pologne. Ils partent à 20h30 entassés dans des «wagons à bestiaux». Il est le 8ème convoi de déportation de juifs en France d'où son appellation: convoi N°8 : 824 personnes de tous les âges. 366 personnes âgées de 34 à 47 ans, 239 personnes âgées de 15 à 24 ans, 1 fillette de 13 ans ainsi que 3 nonagénaires.

 

Les déportés viennent de plusieurs ville de l'ouest de la France, dont Le Mans, Saumur, Nantes, Poitiers, Rennes, Niort ou Laval. Angers fut donc très impliquée dans la déportation.Des femmes, hommes, vieux ou jeunes, ne comprennent guère ce qui se passe.

Beaucoup d'étrangers ne comprennent pas la langue, et sont vite mis dans des "wagonsà bestiaux", comme des bêtes, avec peu d'espace, et ne peuvent garder ni leur sac, ni leur valise. Ils ignorent ce qui s'en suivra, et pensent qu'ils sont destinés à servir de main d’œuvre dans le Reich.Ils vont y passer 3 jours et 3 nuits, dans l'angoisse totale, sans manger et comme seul repère, une lucarne qui donne sur le ciel. 

L'arrivée à Auschwitz-Birkenau est un choc terrible pour les populations : les hurlements des SS, les coups, les prisonniers en costumes rayés, les fours crématoires qui crachent leur fumée noire... les allemands leur crient dessus, ils ne comprennent rien de ce qui se passe. Les déportés, incapables de travailler, seront tués dans les instants suivant leur arrivée à Auschwitz. Les autres seront séparés, hommes et femmes, et incarcérés dans Auschwitz, le plus grand camp de concentration et d'extermination du troisième Reich.

D'après nos sources, 20 personnes seulement (18 hommes et 2 femmes) reviennent saines et sauves.

 

                                                                       

La gare, le Quai du Maroc : des lieux d'histoire.

cliquer sur la photographie pour l'agrandir

 

Le 10 août 1944, Angers est enfin libérée, une ville qui étouffait sous la domination des Allemands. Le drapeau nazi est remplacé par le  drapeau tricolore et laisse en mémoire une époque sombre d'Angers. Les plaques commémoratives apposées à la gare témoignent aujourd'hui de ce qu'il s y est passé. De plus, les associations départementales issues de la résistance et de la déportation rendent hommage aux déportés d'Angers : des commémorations ont lieu à la gare.

cliquer sur la photographie pour l'agrandir

Le grand séminaire d'Angers, aujourd'hui rebaptisé centre Saint-Jean, a installé lui aussi une plaque commémorative devant son établissement. D'ailleurs, une cérémonie a eu lieu le 20 juillet 2012 pour le 70ème anniversaire du convoi No 8.

 

cliquer sur la photographie pour l'agrandir

Lien vers le panneau biographique sur Henri Borlant réalisé en 2011 par des élèves du lycée Henri Bergson

Lien vers le panneau biographique sur Léo Bergoffen et ses parents réalisé en 2011 par des élèves du lycée Henri Bergson

Auteurs :MOUSSA Mohamed, KEFI Yassine, THIBAULT Quentin, 1ère ESL (avril 2014).

Article suivant sur  "la nouvelle synagogue, lieu de Mémoire ( 1ère ESa)"

SOMMAIRE