En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Espace pédagogique d'établissement

"La libération des camps nazis, le retour des déportés angevins" ( 2015)

Buchenwald, Le camp de référence en 1945 de l'univers concentrationnaire nazi

Publié le lundi 16 mars 2015 20:17 - Mis à jour le mardi 24 mars 2015 22:43

Buchenwald, Le camp de  référence en 1945 

de l'univers concentrationnaire nazi

« Car la mort n'est pas une chose que nous aurions frôlée, côtoyés, dont nous aurions réchappé, comme d'un accident dont on serait indemne. Nous l'avons vécue...Nous ne sommes pas des rescapés mais des revenants »

L'écriture ou la vie, Georges Semprun, déporté au camp de Buchenwald.

Le camp de Buchenwald fut le plus important des camps de concentration du régime Hitlérien établis par les nazis en Allemagne. Nous verrons la libération de ce camp, puis nous examinerons l'importance de ce camp et de la presse dans la découverte de l'univers concentrationnaire en 1945 en particulier dans la presse du Maine et Loire.

Une carte tirée de l'Atlas Historique du IIIème Reich paru en 1995.

 

Le camp de Buchenwald fut crée en 1937 dans une zone boisée près de Weimar sur la colline d'Ettersberg en Allemagne. Il était réservé dans un premier temps pour les opposants au régime allemand afin de les « rééduquer » ; les allemands écrivaient sur les portes des camps de concentration : « Arbeit macht frei » ce qui voulait dire "le travail rend libre." En novembre 1938, à la suite d'une nouvelle opération, « La nuit de Cristal » les nazis envoyèrent aussi près de 10 000 hommes juifs à Buchenwald  puis des Tziganes. Le camp de Buchenwald a accueilli près de 300 000 personnes.

En 1945, les images de la déportation dans la presse  ou dans les esprits sont majoritairement celles d' un homme, français, résistant, déporté dans le camp de concentration de Buchenwald  tandis qu’en 2015 ce sont des images de familles, étrangères, juives et victimes d'un génocide dans le centre de mise à mort d'Auschwitz.

1) Buchenwald: Le plus grand camp de concentration, avec 300 000 déportés

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le camp de Buchenwald était un centre important de travail forcé. Les premiers hommes détenus dans ce camp contribuaient à la construction du camp. D'autre part, la population carcérale augmenta rapidement, accueillant en 1 mois plus de 100 000 hommes. Une fois construit, les prisonniers travaillaient dans l'usine d'armement DAW détenue et exploitée par les SS ainsi que dans les ateliers et dans la carrière de pierre du camp. En février 1942, l'entreprise Gustloff établit un camp annexe nommé Ordruff à  Buchenwald pour soutenir sa production d'armement et ouvrit en mars 1943, à côté du camp, une grande usine de munitions.

Cependant le travail était dur et fatigant, le climat en hiver était insoutenable ce qui fut la cause de plusieurs milliers de morts car ils n'avaient pas de vêtements chauds.De plus les conditions de vie à l'intérieur des baraquements étaient plus que déplorables. Ils étaient les uns sur les autres ce qui facilite la propagation des maladies contagieuses. Ils n'avaient qu'une faible ration de nourriture: 200 grammes par jour d'où leurs formes squelettiques.

Une des photos les plus connues au monde.

 

A partir de 1941, des médecins et des  scientifiques pratiquèrent des expériences scientifiques sur des prisonniers de Buchenwald. Ces expériences qui se déroulaient dans des baraquements spéciaux situés dans la partie nord du camp principal étaient faites pour tester l'efficacité des vaccins et des traitements contre les maladies comme le typhus, la typhoïde, le choléra ou la diphtérie, cela provoqua des centaines de morts.

 

2) Un des rares camps avec une résistance clandestine organisée autour d'un comité militaire international de libération

 

Cependant les prisonniers continuaient la lutte contre les nazis à l'intérieur même du camp. En effet des petits groupes de résistants commencèrent à s'organiser. La résistance clandestine se munie d'un comité militaire de libération, Marcel Paul ( Grand résistant français, interné à Buchenwald) ainsi que le Colonel Manhés, autre grand résistant français, déporté lui aussi à Buchenwald. Le 11 avril 1945, des prisonniers affamés et émaciés prirent d'assaut les tours de guet et s'emparèrent du contrôle du camp. Plus tard dans l'après midi, l'armée américaine entra dans le camp. C'est la libération et la délivrance du camp de Buchenwald par les armées Américaines.

Illustration : Prisonniers du camp de Dachau en Allemagne à la libération du camp le 29 avril 1945

Illustration : Prisonniers du camp de Dachau en Allemagne à la libération du camp le 29 avril 1945.

C'est la première photo de prisonniers libérés parue à la fin de la guerre…

Le camp de Buchenwald fut un des premiers camps libérés libéré dans l'histoire de l'univers concentrationnaire mais aussi le premier camp que le monde ait connu et vu en image grâce à la presse occidentale.

3) Le rôle de la presse dans la découverte de l'univers concentrationnaire : Buchenwald , LE camp de référence à la libération

 

En effet la presse a joué un rôle très important pendant la seconde Guerre mondiale car elle a fait découvrir au monde entier les crimes commis par les nazis, envers les résistants et la population juive et tzigane.

 

Cette photo parue en avril dans le Courrier de l'ouest dans le Maine et Loire à Angers illustre la réactivité de la presse lors du commencement des libérations des camps nazis. A l'heure ou cette photo est vue par toute la population Angevine, il reste encore des camps sous le contrôle des Allemands qui n’ont pas été libérés comme Mauthausen qui sera délivré de ce cauchemar 1 mois plus tard.

 

Après la libération du camp, les Américains font visiter le camp à la population des villes autour du camp pour confronter la population aux horreurs commises par les nazis.Voici l'une des premières photos prise par un journaliste sur le camp de Buchenwald qui a choqué le monde avec comme titre : « Des corps entassés comme des bûches ».

Photo paru dans le Courrier de l'ouest  16 Avril 1945

Nous pouvons voir sur cette image des corps squelettiques entassés les uns sur les autres comme on entasserait des bûches. Ces juifs, prisonniers politiques, résistants de différents pays dont certains s évacués du camp d’Auschwitz au camp de Buchenwald lors de l'avancée des soviétiques pour libérer les camps de l'Est.    

                                                                                                  

Le but de cette photo étant de montrer la hauteur des tas de cadavre, et leur maigreur. Et de choquer le monde entier. Cette photo fut ramenée par un Angevin Albert Coulon.

Le 12 avril, le commandant en chef des forces alliées, Dwight Eisenhower, et les généraux Bradley et Patton visitent le sous-camp d'Ordhruf près de Buchenwald. « On nous dit que le soldat américain ne sait pas pourquoi il se bat ? Maintenant, au moins, il saura contre quoi il se bat », déclare « Ike ». Patton s'éclipse discrètement pour aller vomir derrière un baraquement.

                                                                                         

La presse dénonce les atrocités des nazis et montre au monde entier les horreurs des camps. Enfin les photos pris sur les camps vont servir à prouver et à faire condamner des dirigeants, généraux  ou des officiers SS, à la prison ou à la mort , pour crime contre l'humanité, lors des procès de Nuremberg en 1945-1946.

4) Le serment de Buchenwald

                                                                                     

 

Le serment de Buchenwald fut écrit et prononcé le 19 avril 1945, une semaine après la libération du camp, les 21 000 rescapés de Buchenwald se réunissent sur la place d'appel du camp et prononcent ce serment en mémoire de leurs camarades morts en déportation.

Serment de Buchenwald

 

« Nous, les détenus de Buchenwald, nous sommes venu

s aujourd’hui pour honorer les 51 000

prisonniers assassinés à Buchenwald et dans les Kommandos

 extérieurs par les brutes nazies

et leurs complices. 51 000 des nôtres ont été fusil

lés, pendus, écrasés, frappés à mort, étouffés,

noyés, empoisonnés et tués par piqûres. 51 000 père

s, frères, fils sont morts d’une mort pleine

de souffrances, parce qu’ils ont lutté contre le régime

 des assassins fascistes. 51 OOO mères,

épouses et des centaines de milliers d’enfants accu

sent. Nous, qui sommes restés en vie et qui

sommes des témoins de la brutalité nazie, avons gardé

 avec une rage impuissante la mort de

nos camarades. Si quelque chose nous a aidés à survivre,

 c’était l’idée que le jour de la justice

arriverait.

AUJOURD’HUI NOUS SOMMES LIBRES

Nous remercions les armées alliées, les Américains,

les Anglais, les Soviétiques, et toutes les

armées de libération qui luttent pour la paix et la

vie du monde entier. Nous rendons

hommage au grand ami des antifascistes de tous les

pays, à l’organisateur et initiateur de la

lutte pour un monde nouveau, que F.D. Roosevelt.

Honneur à son souvenir. Nous ; ceux de

Buchenwald, Russes, Français, Polonais,

Tchécoslovaques et Allemands, Espagnols, Italiens

et Autrichiens, Belges et Hollandais, Luxembourgeois

, Roumains, Yougoslaves et Hongrois,

nous avons lutté en commun contre les SS,

contre les criminels nazis, pour notre libération.

Une pensée nous anime

NOTRE CAUSE EST JUSTE, LA VICTOIRE SERA NOTRE.

Nous avons mené en beaucoup de langues la même lutte dure et impitoyable.

Cette lutte exigeait beaucoup de victimes et elle n’est pas

 encore terminée. Les drapeaux flottent encore

et les assassins de nos camarades sont encore en vie.

Nos tortionnaires sadiques sont encore

en liberté. C’est pour ça que nous jurons, sur ces

lieux de crimes fascistes, devant le monde

entier, que nous abandonnerons seulement la lutte quand

le dernier des responsables sera

condamné devant le tribunal de toutes les nations :

L’écrasement définitif du nazisme est

notre tâche.

NOTRE IDEAL EST LA CONSTRUCTION D’UN MONDE NOUVEAU

DANS LA PAIX

ET LA LIBERTE.

Nous le devons à nos camarades tués et à leurs familles.

 Levez vos mains et jurez pour

démontrer que vous êtes prêts à la lutte. »

Sources : "Courrier de l'Ouest" en 1945, Archives Départementales du Maine et Loire,...

Informations complémentaires sur des français déportés à Buchenwald :

Lien vers le panneau sur George Semprun (travaux 2012 )

Lien vers le panneau sur Stéphane Hessel (travaux 2012)

Lien vers le panneau sur Etienne Poitevin, un résistant angevin (travaux 2011)

Travail réalisé en Accompagnement Personnalisé

par Rivière Hugo,Mulero Thomas,Sanchez Castillo Constanza et  Leymary Pauline.

1ère ES. Lycée Henri Bergson. 2015.

 

Article suivant sur La libération du camp d'Oranienburg Sachsenhausen et le retour de deux déportés angevins

Sommaire

 

 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe