En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Espace pédagogique d'établissement

"Résister par l 'art et la littérature" (2016)

Poésie et Résistance

Publié le jeudi 24 mars 2016 14:00 - Mis à jour le jeudi 24 mars 2016 16:32

 

 

Pourquoi la poésie et non d'autres genres littéraires tels que le théâtre ou les romans ? La poésie a un atout majeur : la brièveté des textes. Cela permet de les apprendre, de les recopier, facilement. De plus, en temps de guerre, les textes sont plus faciles à imprimer courts et dans une telle période de restrictions, les imprimerie sont peu utilisées. La poésie permet de jouer avec les mots, de créer des images fortes et saisissantes qui font comprendre aux lecteurs les sentiments ressentis par les acteurs de cette période, les résistants comme les Juifs qui ont subi un génocide, c'est à dire un crime contre l'humanité ; << c'est un crime de l'humanité contre l'humanité >> déclare Alain Jacobzone, historien.

La poésie résistante ne s'est pas seulement écrite pendant la guerre. Certains poèmes résistants sont apparus plusieurs années après la fin de la guerre comme << Strophe pour se souvenir >> de Louis Aragon écrit en 1956. C'est une façon de lutter contre l'oubli.

 

 

1/ Des poètes résistants

 

Robert Déan, un jeune résistant angevin


 

Né le 6 novembre 1922 à Angers, Robert Déan est un poète angevin qui commence à écrire ses premiers textes en 1938, et continue quand il voit les troupes allemandes débarquer à Angers. Il exprime sa sensibilité dans ces poèmes grâce à son talent littéraire. Il est d'abord élève au collège Chevrollier; puis de 1940 à 1941 il étudie au lycée David d'Angers en classe de philosophie ; c'est l'année suivante qu'il commence à faire des études de droit et de lettres à l'Université Catholique de l'Ouest à Angers.

Déan fut choqué par la violence de la guerre d'Espagne, l'invasion de la Pologne puis celle de la France, ce qui rendit sa haine de plus en plus forte envers l'horreur de la guerre et la privation de liberté, ce sont ces actes de barbaries qui provoquèrent sa rapide entrée dans des réseaux de résistance. Lors de cette résistance, il avait pour tâches d'assurer les transmissions d'informations entre Angers, Poitiers et Paris. Pendant cette période qu'il écrit ses premiers textes sous formes de '' journal intime '' mais qu'il gardera pour lui. En 1941 il finit la rédaction de son journal qu'il appellera '' Ego sum et praeter non est altera ''.

N'ayant jamais commis d'actes terroristes contre les nazis, Robert Déan était donc un résistant Pacifique.

Il sera par la suite arrêté par les Allemands ou la police Française en décembre 1941 pour ses poèmes, et ses participations dans les réseaux de résistance, puis les Allemand le fusilleront le 5 octobre 1942.

 

Paul Éluard

Il est né le 14 décembre 1895, Eugène, Emile, Paul Grindel, à Saint-Denis. Paul Éluard est un poète du mouvement dadaïsme puis devient un des piliers du mouvement surréalisme. En 1908 il rentre comme boursier à l'École Primaire Supérieure Colbert où il obtient son brevet mais se voit contraint d'abandonner ses études en décembre 1912 car les médecins lui diagnostiquent une tuberculose pulmonaire. Il doit alors aller au sanatorium de Clavadel, en Suisse, où il écrit ses premiers poèmes.. Il y restera jusqu'en février 1914.

Il a 18 ans lorsqu'il publie, en 1913, son premier recueil de poèmes -grâce à l'aide financière de son père- qu'il signe Paul-Eugène Grindel.

Le 3 août 1914, il est mobilisé et devient infirmier dans un hôpital militaire de la Somme. C'est lorsqu'il est envoyé sur le front comme infirmier qu'il sera témoin d'hécatombe. En août 1916 alors qu'il est au front il fait publier un recueil de 10 poèmes où il y décrit son horreur de la guerre. il polycopie lui-même en 17 exemplaires ce recueil intitulé le devoir, qu'il signe cette fois ci du nom que nous lui connaissons: Paul Eluard. Ce pseudonyme lui vient de son troisième prénom, Paul et du nom de sa grand-mère maternelle, Félicie Eluard.

En 1917, il publie un autre recueil: L'inquiétude.

C'est en 1918 que Paul Eluard publie un recueil appelé les poèmes pour la paix qui sera remarqué par Paulhan qui le présentera l'année suivante à André Breton, Louis Aragon et Soupault. C'est, à Paris, en 1920 Eluard fonde sa Revue, Proverbe, à laquelle vont collaborer plusieurs dadaïstes ( mouvement fondé en 1916 par le poète roumain Tristan Tzara). Il rompra avec ce mouvement en 1923 suite à une bagarre avec  le fondateur du dadaïsme.
Il publie cette même année un autre recueil: Les Animaux et Leurs hommes, Les Hommes et leurs animaux .

Entre 1925 et 1940 il publie 8 recueils différents.

En 1924, il adhère au mouvement surréaliste. C'est en 1926 qu'il entre au parti communiste -avec d'autre surréalistes- dont il sera exclu en 1933 à cause de ses divergences sur le modèle soviétique.

En 1930 Gala le quitte pour Dalí, il rencontre Maria Benz qui sera sa compagne et muse jusqu'en 1946.

A partir de 1940, Eluard sera considéré comme l'un des plus grands poètes de la résistance, il sera donc, fêté par tous à la libération en 1945.

En 1942, son poème "Liberté" est parachuté sur la France par les avions anglais à des milliers d'exemplaires puis en 1943, avec l'aide de Jean Lescure, il rassemble de nombreux textes de résistants et publie un livre controversé sur  l'honneur des poètes. À la libération, il est, avec Louis d'Aragon, fêté comme un grand poète de la résistance.

En novembre 1946, Maria Benz meurt brutalement d'une hémorragie cérébrale. Cette mort provoque son désespoir, et le fait songer au suicide, Il publie en 1947, Le temps déborde, un recueil qui est dédié à Maria.

De 1949 à sa mort il sera avec Dominique, le dernier qui lui inspire de sublimes poèmes d'amour qu'il publiera dans son recueil le Phénix. Deux mois avant sa mort il publie Les sentiers et les routes de la Poésie

Il meurt en 1952, le 18 novembre d'une crise cardiaque. Aujourd'hui un prix de poésie porte son nom.

 

Louis Aragon

Il naît le 3 octobre 1897 à Paris avec un père, un haut fonctionnaire et député, qui n'a jamais voulu reconnaître. Il devient alors étudiant en médecine lorsqu'il rencontre André Breton en 1916 avec lequel il se lie d'amitié.

En 1917 il part pour le front des Ardennes en tant que brancardier, médecin auxiliaire. Son courage lui vaut d'être décoré de la Croix de Guerre.

C'est en 1918 d'ailleurs à l'armée qu'il commence à écrire son premier roman qui sera publié en 1920. Il est poète romancier est journaliste et tout comme Paul Éluard il fait parti du mouvement dadaïsme et elle l'a un des piliers du mouvement surréaliste.
En 1928, il rencontre Elsa Triolet, femme écrivain d'origine russe,qu' il épouse . En 1939, et qui lui inspirera de nombreux poèmes.

Membre du PCF ( Partie Communiste Français), Louis Aragon s'engage aux côtés des communistes et rompt avec André Breton en 1932.

Parallèlement à son activité militante, il se consacre à l'écriture de romans en revenant à un style plus classique et en s'orientant vers la critique sociale :

les Cloches de Bâle (1934), les Beaux Quartiers (1936), les Voyageurs de l'Impériale (1942). Il est journaliste à l'Humanité et, en 1937, il crée le journal "Ce soir" à la demande des instances du PCF.

Pendant la Seconde guerre mondiale Louis Aragon retrouve la médecine militaire en 1939 jusqu' à la reddition de la France face aux allemands en 1940.

Il rejoint ensuite la Résistance en créant avec Elsa Triolet le Comité National des Écrivains pour la Zone Sud et le journal "La Drôme en Armes".

Il s'engage aussi avec ses poèmes comme "Les Yeux d'Elsa" (1942), "Le Musée Grévin", (1943), "La Rose et le Réséda", (1944).
Après la guerre il devient président-directeur général des Éditeurs français réunis : EFR ( une maison d'édition proche des communistes).

Il continue aussi a écrire ses romans pour illustrer et critiquer le réalisme socialiste mais aussi pour vanter et prouver la suprématie du communisme : Aurélien (1944), Les Communistes (1949-1951), la Semaine sainte (1958)...
Fidèle aux orientations du Parti communiste, Louis Aragon est élu au Comité central du Parti à la demande de Maurice Thorez et participe à la défense de l'Union soviétique.

Après la mort de Staline, il commence à prendre conscience des répressions et du totalitarisme en URSS. Il ouvre alors son journal "Les Lettres françaises" aux dissidents soviétiques et soutient les intellectuels poursuivis par le régime soviétique.

Cependant Louis Aragon reste jusqu'à sa mort fidèle au PCF dont il demeure membre du Comité central.

Après la mort d'Elsa Triolet en 1970, il vit une sorte d'exil intérieur et affiche à la fin de sa vie ses penchants homosexuels.Considérant l'écriture comme une quête de soi, Louis Aragon a renouvelé la poésie avec une importante œuvre novatrice où il utilise la prose aussi bien que les formes fixes classiques.

Il a contribué par ses romans aux grands courants littéraires du XXe siècle, roman surréaliste, roman réaliste, nouveau roman. Il meurt le 24 décembre 1982.

 

 

2/ Un chant de résistance

 

Analyse du Chant Des Partisans

Le chant des partisans a d'abord été écrit en Russe par Anna Marly en 1941, puis fut traduit par Maurice Druon et Joseph Kessel en 1943. Cet chant devient l'hymne des résistants français pendant la période de l'occupation de l'Allemagne Nazie.

Ce chant est en faite une description de la France lors de l'occupation Allemande, mais aussi un appel a la révolte du peuple Français.

Lors des premiers vers, nous trouvons une description de la France avec

par exemple «  le vol noir des corbeaux «  ce qui signifie les bombardements  des avions Allemands sur le territoire Français en mai juin 1940..

Dans la suite des vers, le chant devient une annonce, une demande au peuple de se rebeller, de sortir les armes afin de lancer une révolte. On retrouve une succession de verbes directs à l'impératif comme s'ils servaient à guider le peuple (''montez'' ; ''descendez''…). On peut aussi voir un champ lexical des armes de guerres avec par exemple ''grenades'', ''fusils''..De plus, ce chant évoque toute la haine du peuple, la pauvreté et l'envie de liberté face à l'oppression des Nazis.

Ce chant est donc un appel à la révolte, un hymne pour recouvrer la liberté enchaînée par la barbarie nazie.

Les paroles du Chant des Partisans

"Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?
Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu'on enchaîne ?
Ohé, partisans, ouvriers et paysans, c'est l'alarme.

Ce soir l'ennemi connaîtra le prix du sang et les larmes.

Montez de la mine, descendez des collines, camarades !
Sortez de la paille les fusils, la mitraille, les grenades.
Ohé, les tueurs à la balle et au couteau, tuez vite !
Ohé, saboteur, attention à ton fardeau : dynamite...

C'est nous qui brisons les barreaux des prisons pour nos frères.
La haine à nos trousses et la faim qui nous pousse, la misère.
Il y a des pays où les gens au creux des lits font des rêves.
Ici, nous, vois-tu, nous on marche et nous on tue, nous on crève...

Ici chacun sait ce qu'il veut, ce qu'il fait quand il passe.
Ami, si tu tombes un ami sort de l'ombre à ta place.
Demain du sang noir séchera au grand soleil sur les routes.
Chantez, compagnons, dans la nuit la Liberté nous écoute...

Ami, entends-tu ces cris sourds du pays qu'on enchaîne ?
Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?
Oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh..."

 

 

Pour conclure, nous pouvons dire que la poésie engagée est fortement présente lors de la Seconde Guerre mondiale et même après avec notamment << Strophes pour se souvenir >> de Louis Aragon. C'est une manière de résister sans faire couler le sang, mais non moins dangereuse pour les auteurs comme le montre la fin tragique de Robert Déan que nous vous avons présenté précédemment. La poésie est un moyen de résister pour tout le monde puisque même dans les camps elle était utilisée pour résister, se souvenir et survivre; en effet sur plusieurs murs de prisons,  baraquement de camps comme à Auschwitz, des morceaux de poésie inventées ou reprises ont été gravées ou écrites. 

Ainsi Marie-José Chombart de Lauwe, résistante et déportée, nous a raconté avoir gravé sur les murs de la prison de la Gestapo à Paris la fin du poème  La mort du loup, d'Alfred de Vigny :

"Gémir, pleurer, prier est également lâche/Fais énergiquement ta longue et lourde tâche/Dans la voie où le sort a voulu t’appeler/Puis, après, comme moi, souffre et meurt sans parler

élèves de 1ère ESb, 2015-2016.

Lien vers l'article suivant sur " Les publications clandestines".

Lien vers le sommaire