En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Espace pédagogique d'établissement

"S'engager pour libérer la France (2018)

L'engagement exceptionnel de Victor Châtenay et de sa famille en Anjou

Par Chloé JOIRIS, publié le lundi 19 février 2018 09:47 - Mis à jour le lundi 19 mars 2018 16:59
HP.png

La famille de Victor Châtenay : une famille  exceptionnelle dans son engagement

 

Entre 1940 et avant l'année 1944, dans la France occupée par les Nazis, environ 3 % de la population s’engagent dans des réseaux ou mouvements de résistance. Malgré ce nombre qui ne représente évidemment pas la majeure partie de la population, beaucoup de réseaux isolés vont cependant se créer au cours de cette sombre période. Parmi ces réseaux, il en figure un à Angers nommé  Honneur et Patrie , créé par Victor Châtenay. En effet, ce dernier accompagné de sa famille, Barbara, sa femme et ses enfants, Antoine, Louis-Pierre, Michel, Jacques, ainsi que Anne-Marie tentent de lutter, aussi activement qu’ils le peuvent, contre l’occupation des Allemands en réalisant différentes actions résistantes. Ils se battent ainsi au péril de leur vie, et certains membres seront d’ailleurs arrêtés à plusieurs reprises. Victor Châtenay nous raconte d’ailleurs, toutes les aventures plus ou moins traumatisantes qu’il a vécues et qui ont eu lieu de 1940 à 1945, dans un livre intitulé "Mon journal du temps du malheur". Nous allons donc étudier en quoi la famille de Victor Châtenay est-elle exceptionnelle dans son engagement. Dans un premier temps, nous étudierons pourquoi la famille de Victor Châtenay décide de s’engager et quelles sont les principales actions menées par le réseau Honneur et Patrie. Puis, dans un second temps, nous verrons quels rôle ont joué les différents membres de la famille de Mr Châtenay dans la résistance et quelles répercussions ces agissements ont-ils pu avoir sur cette courageuse famille.

 

I- "Honneur et Patrie", principal réseau de résistance en Anjou

 

1) En lutte contre le gouvernement de Vichy et l' Allemagne nazie

Château d'Angers. ADML

L'engagement dans la résistance se développe plus ou moins tard. En effet être résistant représente un très grand danger, la mort est assurée en cas de dénonciation ou de découvertes du réseau par les autorités. Ainsi, comme dit précédemment, le taux de la population engagée dans des réseaux de résistance est faible. Les motivations des agissants sont diverses et variées, certains s’engagent pour lutter contre le régime de Vichy, contre l’occupation mais aussi, contre la nouvelle politique antisémite. C’est ainsi que, Victor Châtenay constitue, en 1940, le premier mouvement de résistance du Maine-et-Loire qu’il nommera Honneur et Patrie. Ce réseau comptabilisera 300 membres dont 150 venant de la ville d’Angers, la majorité d’entre eux sont jeunes et ne sont pratiquement que des hommes. Tous les membres de la famille Châtenay décide donc à leur tour de prendre part à ce combat, car tous, considèrent qu’il s’agit de leur devoir envers la France. En effet, cette famille si courageuse, veut contribuer, comme elle le peut, à la libération de la France.

 

2) "Honneur et Patrie", un réseau faisant du  renseignement et luttant contre la  propagande

 

Le réseau Honneur et Patrie est financé par l’Angleterre grâce aux liens que Victor Châtenay entretient avec le gouvernement britannique; son beau-frère étant en effet un général dans l’armée anglaise. Ce réseau consiste donc, en premier lieu, à être au service du renseignement anglais pour lequel il communique la position, les armements des troupes allemandes. Ces derniers possédant en effet de nombreux services basés sur Angers. Le réseau a notamment joué un rôle lors de la préparation au débarquement en Normandie qui a eu lieu, rappelons-le, le 6 juin 1944. Le réseau résiste donc tant bien que mal à l’occupation des Nazis par le renseignement mais également par la propagande, par divers moyens tel que les journaux clandestins. En effet, ce groupe de résistants publie des journaux dont la devise est «honneur et Patrie".

ADML

Ce petit journal paraît quand il peut, comme il peut . Ce dernier avait pour objectifs de dénoncer les mensonges concernant la propagande allemande, de révéler les crimes de guerre, d’essayer d’inciter la population à rejoindre leur cause, mais aussi de défendre les valeurs qui leurs sont chères. Ce journal conçu à l’imprimerie Fardeau rue Bodinier à Angers paraîtra au total 5 fois et sa diffusion sera malheureusement interrompue après l’arrestation de Victor Châtenay.

 

presse. ADML

II- Une famille angevine engagée pour libérer la France

 

1) Un engagement familial  multiple

Les groupes résistants sont isolés et ne peuvent guère compter sur la population accablée par la défaite, soucieuse d'assurer dans un premier lieu, sa survie et terrorisée par les menaces de représailles. Ainsi, chaque réseau possède sa propre organisation, tandis que certains préfèrent faire de la résistance au niveau du renseignement, d’autres préfèrent jouer sur la propagande ou encore commettre des attentats contre l’armée d’occupation, comme par exemple effectuer des sabotages au niveau des rails des chemins de fer. Dans la famille Châtenay, chaque membre est associé à un ou des rôles bien précis, et les activités diffèrent en fonction de la personne : Tout d’abord, Victor Châtenay, lui, est au commande, il est le chef et créateur du réseau et possède donc une grande responsabilité car toute l’organisation et la stabilité du réseau repose sur ses épaules. Vient ensuite au tour de sa femme nommée Barbara. Cette dernière, s’occupe de la partie administrative c’est à dire des renseignements, des courriers mais elle est également chargée du transport des armes et de l'hébergement des agents quand l’occasion se présente. Leurs enfants prennent, eux aussi, part au combat. Son fils aîné, Louis-Pierre, est un aviateur et un officier. Il participe aux activités de résistance de son père en aidant les aviateurs à gagner la Suisse ou l’Espagne. Il a notamment participé au débarquement de Normandie et termine la guerre à Munich. Quant à son second et à son troisième fils, nommés Michael et Jacques-Antoine, sont engagés comme parachutistes dans les Forces Aériennes Françaises Libres. Et enfin la cadette, sa seule et unique fille, Anne-Marie est à cause de son jeune âge, une messagère chargée de transporter les messages pour la Résistance.

 
2) Une famille face à la terrible  répression

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Victor Chatenay  et Barbara Chatenay (ADML)

Les actes de résistance ne sont malheureusement pas toujours sans conséquences pour ceux qui les effectuent. En effet lorsque, si par malheur, des résistants sont découverts, ils ne possèdent alors que très peu d’issues Il n’est pas rare qu’ils soient exécutés ou arrêtés et envoyés dans des camps de concentration. Si, par miracle, les Résistants ne sont pas découverts, la mort peut tout de même être imminente, car les exécutions ne sont en effet pas le seul moyen de mourir. Ces derniers peuvent laisser leur vie lors d’attaques, lors de préparatifs d’attentats et bien d’autres encore. Ainsi certaines de ces répercussions n’ont évidemment pas échappées au réseau Honneur et Patrie, et la famille de Victor Châtenay elle aussi, n’est pas épargnée. En effet comme nous l’avons précédemment évoqué Victor Chatenay a échappé de peu à Paris à l'arrestation le 11 février 1942 puis il s'est réfugié en Angleterre.Mais son fils Antoine, lui est arrêté par la Gestapo, il est torturé à Paris et pour finir il est déporté dans camp de concentration de Magdeburg, en Allemagne. Heureusement il survit, notamment grâce au soutien d’un groupe de déportés communistes français. Quant à Barbara, elle, se fait arrêter seulement quelque mois après son fils aîné, alors qu’elle portait des plans de la base sous-marine allemande de St-Nazaire. Elle aussi est donc envoyée dans le camp de concentration pour femmes de Ravensbrück, et là aussi elle échappe de justesse à la mort. Pour finir Louis-Pierre est emprisonné en Espagne par le régime franquiste, mais parvint tout de même à rejoindre Londres où il devient officier. Enfin, Jacques, parachutiste dans les Forces Aériennes Françaises Libres, il connaîtra un sort bien plus funeste que ses semblables, puisqu’il meurt à Gacilly en Bretagne en participant aux opérations de débarquement en Normandie dans la nuit du 5 au 6 juillet 1944. L’engagement de cette famille dans la Résistance, aussi exceptionnel qu 'il  soit ,a séparé la famille qui fut éparpillée dans toute la France, voir dans l’Europe, et il  aura causé la perte d’un être qui leur est cher et deux déportations.

 

Conclusion

 

La famille Châtenay est exceptionnelle dans son engagement dans la Résistance par son courage et sa détermination. Et malgré les moments et les épreuves quotidiennes difficiles qu’elle a pu subir, elle n’a jamais cessé de combattre. Cette famille est également exceptionnelle car elle a redonné espoir à une population qui ne croyait sans doute plus à une éventuelle libération. De plus, cette incroyable famille a agi en estimant qu’il s’agissait de leur devoir envers la France même si en agissant de la sorte elle se confrontait aux autorités qui dirigeaient alors le pays, et qui ne lui ont pas facilité la tâche. Cette famille est d’autant plus exceptionnelle qu’elle a su organiser clandestinement tout un réseau malgré tous les risques qu’elle encourait. Le formidable destin de cette famille est la preuve que chacun d’entre nous, quelque soit son âge, a toujours un rôle à jouer pour la préservation de la liberté, et que chaque geste que nous faisons, bien qu’il puisse parfois nous sembler insignifiant, peut avoir des conséquences sur notre avenir. En effet, la liberté ne tient parfois qu’à un fil ou dans ce cas présent  elle fut défendue par une minorité  d'angevins  : principalement , le réseau "Honneur et Patrie" ainsi que d'autres mouvements ou réseaux de résistance.

Victor Chatenay poursuivit son engagement après la guerre : il fut maire d’Angers de 1947 à 1959, sénateur du Maine-et-Loire de 1948 à 1951, puis député de 1951 à 1959. Après l’adoption de la constitution de la Vème République, il fut nommé au Conseil constitutionnel nouvellement créé. Il prit sa retraite de la vie politique en 1962.