En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Espace pédagogique d'établissement

"S'engager pour libérer la France (2018)

Les stratégies de Ginette Kolinka, Simone Veil et Léo Bergoffen pour échapper aux rafles

Par Ambre NOURI, publié le vendredi 9 février 2018 12:24 - Mis à jour le lundi 19 mars 2018 15:33
5 Simone-Veil_6572.jpeg
Dans cette étude, nous allons parlé des stratégies de Ginette Kolinka, Simone Veil, Léo Bergoffen pour fuir en zone libre, échapper aux rafles mais également de vivre en clandestinité pour éviter l'arrestation.

 

Pendant la seconde guerre mondiale des milliers de personnes se sont engagées pour libérer la France. Certaines se sont engagés dans une résistance armée et d'autres avec des manières très différentes. Nous allons  étudier le cas de Simone Veil, Ginette Kolinka et Léo Bergoffen qui  font  partie des 300 000 juifs habitants en France durant la guerre. En effet, tenter d'échapper aux arrestations est aussi une forme de résistance au sens large étant donné que cela mobilise de nombreux policiers allemands ou encore des policiers ou gendarmes  français qui ont coopéré avec les nazis.

Simone Veil, Ginette Kolinka et Léo Bergoffen  ont au final été  déportés comme 77 000 juifs ce qui représentait 25% de la communauté juive vivant en France. Ils ont réussi à survivre dans les centres de mise à morts et font  partie des 3% des déportés raciaux à être revenus des camps (2500). Nous allons suivre leurs destins tout au long de la guerre et relever les stratégies qu'ils ont mis  en place pour ne pas se faire arrêter.

Avant la guerre jusqu'à 1940 : la formation d'une idéologie antisémite 

Le 30 janvier 1933, Hitler est nommé chancelier du Reich allemand. Il se donne quasiment aussitôt les pleins pouvoirs. Le sort des juifs de l'Europe entière va changer a partir de ce moment-là. Léo Bergoffen est un jeune juif d'origine austro-hongroise de père tchèque et de mère polonaise qui est né à Berlin. En 1933, alors qu'il a 11 ans il est obligé de défiler comme tous les jeunes berlinois de son âge devant le Führer Adolf Hitler. Les années passent en Allemagne et les lois discriminatoires envers les juifs se multiplient et en 1937 Léo Bergoffen fuit à Prague avec sa famille où il y habitera jusqu'en 1939. Puis la Wermarcht envahit la Tchécoslovaquie. Ce qui le pousse lui et sa famille à s'exiler en France, à Angers en 1939.

Simone Veil

Avant l'invasion et l'occupation des allemands, Simone Veil vivait à Nice. Elle avait une bonne situation, son père étant architecte.

Ginette Kolinka, née  Cherkasky, est née à Paris en 1925. Son père Léon dirige un petit atelier de fabrication d’imperméables dans le quartier du faubourg du temple. La famille  Cherkasky habite à Aubervilliers avec sa grande famille d'origine ukrainienne et roumaine.

 

De 1940 à novembre 1942, une stratégie : la fuite en zone "libre"

Pendant cette période, seule la partie Nord de la France (le  Nord de la Loire ainsi que les littoraux) sont occupés par les allemands. La partie sud est administrée par le gouvernement de Vichy qui collabore avec Berlin. A partir de juillet 1940, le gouvernement de Vichy édicte des lois et met en place un recensement des juifs. Dans la partie Nord, les nazis et le gouvernement de Vichy appliquent ainsi une politique discriminatoire antisémite. Ils persécutent en particulier  les juifs sur le plan  économique et social puis à partir de 1942, les rafles se multiplient. A partir de juillet 1940, le gouvernement de Vichy édicte des lois et met en place un recensement des juifs:

cahier de recensement des juifs de l'arrondissement d'Angers ( ADML) 

La première loi est mise en vigueur le 17 juillet 1940, elle interdit les juifs d'occuper un emploi dans les administrations publiques. Le 27 septembre de la même année, une loi est promulguée sous ordonnance allemande : tous les juifs qui ont fuit en zone sud ne peuvent revenir dans le nord, ces derniers doivent se faire recenser, un cachet spécial leur est tamponné sur leurs cartes d'identités. Tous les commerces dont les patrons sont juifs doivent avoir une affiche "commerce juif " à l'entrée. Le 11 avril 1942, les entreprises appartenant aux juifs leurs sont confisquées. Beaucoup de lois ont vu le jour comme l'interdiction d'exercer un métier en contact avec du public et  en juin 1942 "les juifs n'ont pas le droit  d'aller au cinéma, au théâtre, ...". Ils n'avaient pour la plupart plus de travail et plus aucun loisir autorisé.

 

Quand ces lois ont vu le jour, nos trois  jeunes juifs et leur famille n'ont pas abdiqué . En juillet 1942, la famille Cherkasky  part de Paris en zone libre à Avignon en raison de leurs craintes d'une arrestation imminente. Simone Veil elle, s'est cachée  d'abord à Carcassone avec ses frères et soeurs puis est revenue  à Nice où elle vivra, chez sa professeur de Lettres Classiques, en clandestinité. En effet, elle se renommera Simone Jacquier ( au lieu de Jacob un nom juif ) qui  n'éveille  pas les soupçons. Dans ces conditions il était préférable pour elle et sa famille de se séparer et vivre en clandestinité.Léo Bergoffen lui est passé d'Angers en zone libre en juin 1942. En effet il s'est enfui en pleine nuit en vélo pour rejoindre la zone libre, ses parents ont prétendu à une dispute pour justifier son absence.

 

Rapport de police constatant l'absence de Léo Bergoffen dans la famille 

 

Le mois suivant ses parents ont été  raflés à Angers puis déportés par le convoi N°8. Bien qu'en "zone libre" le 26 août il se fait rafler à son tour : en tant que juif étranger, il sera arrêté par la gendarmerie française puis livré aux allemands ; il sera interné au camp de Drancy puis déporté à Auschwitz. "C'était l'unique fois où s'est opérée une grande rafle en zone libre" Léo Bergoffen parlant de sa rafle

Fuir est donc l'une des premières stratégies mise en place par ces trois juifs  pour éviter d'être arrêté.

 

De novembre 1942 à l'été 1944 la zone "libre" est occupée par les allemands

En novembre 1942, le Reich envahit la zone libre suite au débarquement des alliés en Afrique du Nord. Comme dans l'autre zone occupée, les arrestations se multiplient. La Gestapo  peut donc maintenant  travailler dans l'ex-zone libre, traquer les juifs mais Ginette et Simone vivent en clandestinité, elles limitent leurs déplacements.Léo Bergoffen lui a été amené le 2 septembre 1942 au camp d'Auschwitz. 1015 personnes y ont été envoyés et seulement 30 d'entre elles sont revenus dont ce dernier. A son arrivée au camp il fut sélectionné pour travailler pour le compte des nazis en raison de son âge et de son bon état physique et survit tant bien que mal à des conditions inhumaines comme Simone Veil ainsi que Ginette Kolinka, déportées en 1944.

Après septembre 1943 : faire face à l'occupation de la zone italienne par les allemands

L'Italie signe un armistice avec les alliés suite à leur débarquement en Sicile. La zone des Alpes qui était alors occupée par les italiens depuis novembre 1942 est directement occupée par les allemands. Le travail de la Gestapo est malheureusement efficace. Ginette Kolinka et ses parents travaillaient sur des marchés. Comme témoigne Ginette Kolinka "Je pensais que ça allait marcher, qu'avec mes faux papiers je n'étais pas juive, mais non ça n'a pas marché ".  Ils  sont dénoncés le 13 mars 1944, sa famille est arrêtée et envoyée dans différentes prisons et centres d'internement pour être finalement déportée.

liste du convoi 71 (famille Cherkasky )

Simone Veil, comme Léo et Ginette, était déterminée à  vivre et à échapper aux arrestations mais pour un soir où elle a cessée d'être vigilante, un soir où elle est partie fêter la fin des épreuves du bac, elle a été malheureusement contrôlée par des allemands en civil, sa vie a alors basculé. Après son arrestation le 30 mars 1944, Simone Veil est envoyée au camp d'Auschwitz, encore une fois là-bas elle fait preuve de ruse et de courage : sous les conseils d'une prisonnière elle ment sur son âge en affirmant avoir 18 ans, or elle n'en a que 16. Ce mensonge s'explique par le fait que les enfants (mineurs) étaient gazés dès leur arrivée au camp d'extermination.

  • Après la guerre : des témoins engagés

A sa libération, Léo Bergoffen ne pesait plus que 40 kg mais a survécu suite à son hospitalisation d'urgence en Allemagne et est encore parmi nous aujourd'hui. Enfin nous pouvons dire que rester en vie dans ces centres de mise à mort  est une sorte d'engagement car " Vivre, c'est vaincre". Après leur libération, Léo Bergoffen a participé à des actions sur la mémoire et a dernièrement reçu la Légion d'honneur. Simone Veil quant à elle, s'est engagé en politique pour les droits des femmes ainsi que pour la Mémoire de la résistance et de la Shoah. "J'ai le sentiment que le jour ou je mourais, c'est à la Shoah que je penserai" Simone Veil (2009). Enfin Ginette Kolinka s'est vu attribuer le titre de chevalier de  l'ordre des palmes académiques en 2016.

Ginette Kolinka au conseil régional des pays de la Loire, 20 février 2018

Le 20 février 2018, nous avons eu la chance de pouvoir de rencontrer Ginette Kolinka, ancienne déportée  à Auschwitz. Lors de son témoignage elle nous a fait part de son ressenti et de quelques anecdotes au camp. Étant donné que nous avions fait la visite de ces camps la semaine précédente, ces explications étaient très parlantes pour nous et ce témoignage fut très enrichissant. De plus, le témoignage d'une déporté qui a vécu l'histoire nous aide beaucoup à comprendre comment fonctionnait ce camp. A la fin de ce témoignage nous avons pu avoir une discussion tous les trois avec elle et ainsi elle a pu répondre à nos questions, elle nous a fait part de son ressenti aujourd'hui dans notre société. Ginette Kolinka trouve qu'il est important de témoigner tant qu'il est encore temps. De plus elle nous fait indiqué  que lorsqu'elle témoigne, elle ne ressent plus ses problèmes de santé.  

 

Pour conclure nous pouvons dire que Ginette Kolinka, Simone Veil ainsi que Léo Bergoffen ont usé de multiples stratégies pour survivre.

En effet, ils ont tout tenté pour échapper aux rafles. Tout d'abord Léo Bergoffen a fuit l'Allemagne puis l'ex Tchécoslovaquie où les nazis implantaient leur lois discriminatoires. Ensuite nos trois témoins juifs ont fui en zone libre pour échapper aux rafles. Tout en sachant qu'ils devraient vivre en clandestinité. Ils ont du faire des sacrifices en se séparant de leur proches. Léo Bergoffen, qui avait été obligé de laisser ses parents à Angers,  se fit arrêter le 26 Août 1942 dans la seule rafle effectuée en zone libre. En novembre 1942 les Allemands envahissent la zone libre. Puis en septembre 1943 la zone d'occupation italienne s'est faite envahir par le Reich. C'est à ce moment la que Ginette Kolinka et Simone Veil se sont fait arrêter. L'une suite à une dénonciation et l'autre à cause d'un simple contrôle d'identité.

Après la guerre ils se sont tous engagés dans la transmission du devoir de mémoire et nous avons nous mêmes rencontré Ginette Kolinka.

 

SITOGRAPHIE :

http://www.ajpn.org/personne-Leo-Bergoffen-6722.html

BIBLIOGRAPHIE :

Une jeunesse au temps de la Shoah, Simone Veil

Dossiers documentaires fournis par M.Cochennec sur Léo Bergoffen et Ginette Kolinka

AUTRES SOURCES :

Témoignage et entretien avec Ginette Kolinka.

 

 

 

Pièces jointes