En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Numérique : "faire l'école autrement"

"Nomophobie" et "complotiste" : deux nouveaux mots dans le dictionnaire

Par rupn 1, publié le jeudi 6 avril 2017 18:27 - Mis à jour le vendredi 7 avril 2017 00:01

Deux nouveaux mots ont fait leur entrée dans le dictionnaire

Robert 2017"

1) Nomophobie

NOMOPHOBIE n. f. (anglais nomophobia, de no mobile « sans portable » et phobia → phobie) anglic. didact. Dépendance extrême au téléphone portable.  n. et adj. nomophobe. (dictionnaire Robert 2017)

--

Dans un entretien à France-Culture,   Serge Tisseron, psychiatre et directeur de recherche à l'université Paris VII Denis Diderot, a déclaré

Serge Tisseron : "Sur le plan psychiatrique, il n'y a pas de consensus sur l'existence d'une addiction au téléphone mobile, pas plus qu'il n'existe de consensus sur une addiction aux écrans. Le mot "addiction" est lié à une époque où il désignait des consommations de substance toxique et l'idée actuellement est plutôt de le garder pour ce domaine : l'alcool, le tabac, la drogue. En revanche, c'est vrai qu'on assiste à l'émergence de nouvelles pathologies... Comment les appeler ? Pourquoi pas la nomophobie en effet. Mais très souvent, les outils numériques révèlent des pathologies déjà existantes : les gens qui avaient toujours peur d'être abandonnés n'avaient pas un outil pour essayer de se rassurer. Le fait qu'ils l'aient aujourd'hui ne doit pas nous faire confondre avec l'apparition d'une nouvelle pathologie."

France Culture : Y'a-t-il un profil de personnes plus sensibles à la nomophobie ?

Serge Tisseron : "Les personnes qui vont être le plus "accro" à leur téléphone portable seront les personnes qui craignent le plus de rater un contact ou un lien, il peut s'agir d'un employé soumis au stress de son patron mais aussi d'un adolescent qui craint toujours de rater un lien de camaraderie. Ce qui caractérise l'adolescent, c'est à la fois un désir très fort de relations et en même temps une très forte crainte d'être instrumentalisé, donc le téléphone est un outil parfait pour qu'il arrive à gérer ses communications : le téléphone lui permet d'appeler quand il veut, d'envoyer des messages, de toujours se rassurer sur le fait qu'il y a quelqu'un qui fait attention à lui mais en même temps, le téléphone mobile protège l'adolescent d'un investissement trop important et notamment le risque que des SMS "chaud brûlant", s'ils étaient échangés en face à face, amènent des réactions imprévisibles de l'interlocuteur. Donc le téléphone mobile est l'outil sur mesure pour que l'ado arrive à gérer son désir de rapprochement et son extrême inquiétude. Mais à l'âge adulte, il y a beaucoup d'autres raisons pour qu'on soit accro à son téléphone : la pression professionnelle notamment, c'est pour cela que beaucoup d'entreprises posent des balises sur les moments où les employés sont libérés de leur obligation de consulter leur boite mail"

Photographie : Ministère de la Défense

2) Complotiste

COMPLOTISTE n. et adj. Défenseur d’une théorie du complot*. ➙ conspirationniste.— Adj. Discours complotiste.  n. m. complotisme (dictionnaire Robert 2017)

Découvrez le site sur la manipulation et la théorie du complot :

On te manipule

Comme l'indique Eduscol :

"Les grands événements génèrent un flux d'images et d'informations d'une extrême densité. Certains éléments relèvent de la rumeur non fondée, de la désinformation, de la manipulation ou encore de théories conspirationnistes. Les enseignants peuvent accompagner leurs élèves dans un travail de réflexion et de mise à distance critique des informations qu'ils reçoivent et diffusent, en questionnant leur usage des médias, en particulier les réseaux sociaux".

Pièces jointes
Aucune pièce jointe