En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Travaux interdisciplinaires sur "la traite, l'esclavage et leurs abolitions" (2016)

Les armateurs opposés à la traite négrière à Nantes et Liverpool 

Par LOIC COCHENNEC, publié le vendredi 29 avril 2016 15:42 - Mis à jour le samedi 30 avril 2016 21:37

 

 

Premièrement, rappelons que Nantes, grâce à sa situation géographique, fut le premier port négrier français. En effet, environ 1700 expéditions sont parties de ce lieu en direction des côtes africains puis des colonies françaises comme les Antilles. Grâce au fait que la ville est située sur la côte atlantique, Liverpool était le premier port anglais mais aussi le premier port européen engagé dans le commerce des esclaves.

 

 

 

 

 

Thomas Dobrée, est né en 1781 à Nantes et mort en 1828 également à Nantes.

Portrait de Thomas Dobrée
réalisé en 1807 par François Sablet (musée Dobrée)

Il était armateur et industriel issu d'une famille protestante. Par ailleurs son père était lui même armateur négrier.  Thomas Dobrée a grandi dans un milieu pro-esclavagiste duquel il s'est courageusement écarté : il s'engage à ne pas pratiquer la traite des noirs, activité déclarée illégale après la chute de Napoléon en 1815 mais toujours suivie par de nombreux armateurs nantais jusque dans les années 1830. Thomas Dobrée est entré dans un mouvement abolitionniste en devenant membre de la société de la morale chrétienne.

 

Portrait de Thomas Clarkson.1818.

National Portrait Gallery

Thomas Clarkson, né à Wisberch en Angleterre en 1760 et mort en 1846 était un révérant protestant. Il était membre de la société pour l'abolition pour la traite négrière, il allait prôner la Liberté pour tous (l'abolition) même dans des villes telles que Bristol et Liverpool qui fondent la majeure partie de leur économie sur le commerce négrier. Il avait donc lui aussi le courage de ne pas se plier au fonctionnement de l'économie de la traite qui dominait ses ports.

 

 

 

Thomas Dobrée, pour exprimer son opinion sur  la traite des noirs, écrit une lettre sur ce sujet.Il y développe ; les faits qui rendent la traite attractive ; les arguments qui vont totalement à son encontre ; les arguments qui visent à démontrer que la traite est un moindre mal. Il se dit hésitant sur la conduite à adopter et sollicite l’avis de son correspondant.

Premièrement, il énumère ses propres arguments ; il exprime son avis sur la traite des esclaves et définit cette activité comme inhumaine, criminelle, cupide et politique. De plus, il se met à la place d'un armateur fortuné grâce au commerce triangulaire. Il pense aux «  mille maux » qu'il aurait fait subir à « mille victimes condamnées » à vivre dans d'horribles conditions même de mourir, mais aussi aux « mille familles » qu'il aurait brisées. Pour ces raisons il exprime un sérieux doute face à l'esclavage.

A la fin de sa lettre, Thomas Dobrée conclut avec  une phrase philosophique :  « rien au monde ne compense la perte d'un père, d'un époux, d'un enfant et de la liberté. ».

Dans son  argumentation,  Thomas Dobrée a présenté les arguments des armateurs négriers qui contredisent les siens . En effet, à l'époque tout le monde sait que les esclaves sont une main d’œuvre bon marché et qu'il permettent par conséquent d’enrichir les armateurs négriers, les planteurs…

Sallier Dupin en est l'exemple même : il a une famille à nourrir et il exige une éducation pour ses enfants, malheureusement sa source de revenus est insuffisante alors il se tourne vers le commerce triangulaire. Cependant, les négriers font paraître les conditions de vie des esclaves satisfaisantes ,voire agréables, auprès de la population afin que les gens adhèrent à cette activité. « La colonie est un séjour de bonheur relatif » qui apporte des « bénédictions » aux esclaves selon eux.

 

 

Thomas Dobrée  a choisi de mener un combat contre la traite négrière qui passe principalement par des écrits et son adhésion dans un mouvement abolitionniste lorsqu'il devient  membre de la société de la morale chrétienne. Thomas Clarkson  fait le choix d'adopter une méthode plus offensive : il mène une campagne de propagande contre la traite et, à fortiori ,pour la liberté des noirs dont il défend la cause. En effet il collecte de précieux objets créés par les Africains dans le but de valoriser leurs compétences ainsi que leurs talents. En 1786, il rédige un essai sur l'esclavage et sur le commerce de l'espèce humaine où il dénonce la cruauté des négriers et le manque d'humanité de ces derniers. En 1788, il dessine les plans du Brookes afin de représenter le sur-entassement, la promiscuité des esclaves.

Représentation en vue de coupe du Brookes (1789)

de Thomas CLARKSON

Ils ont été reproduits de très nombreuses fois et ont permis de sensibiliser l'opinion publique sur les conditions épouvantables dans lesquelles les Noirs étaient transportés entre le continent africain et les colonies américaines des pays d'Europe. Lors d'une de ces visites à Liverpool, il faillit périr noyé au bout d'une jetée d'où l'avaient poussé des marins mécontents et  payés pour l'assassiner. Thomas Clarkson décide alors de se rendre en France afin de convaincre les Français de mettre fin à la traite. Malheureusement pour lui, des rumeurs le faisant passer pour un espion se répandent. Ses ennemis étant puissants, il décide rapidement de retourner en Angleterre.La France continue la traite.

En 1792, Clarkson lance un appel au boycott, ceci eut beaucoup d'écho puisque 400 000 personnes prirent la décision de se priver de sucre. En 1807, c'est la consécration : L'empire Britannique abolit la traite négrière. Thomas Clarkson est élu précisent de la Convention en 1840.

 

 

Thomas Dobrée et Thomas Clarkson, ont tout deux grandi dans un milieu pro-esclavagiste mais ont su se démarquer de l'avenir auxquels ils étaient destinés ou soumis. Si l'un a préféré agir subtilement grâce à  ses écrits, l'autre a choisi d'agir au contact  des gens pour défendre  sa cause. Deux méthodes  différentes mais néanmoins importantes et efficaces car c'est en effet grâce  à  une dévotion et et des efforts de ceux-ci que la traite négrière puis l'esclavage a pris fin au XIX siècle.

Lien vers l'article suivant sur la lutte pour l'abolition de la traite et de l'esclavage au RU et en France

SOMMAIRE

Pièces jointes
Aucune pièce jointe