En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Voyages - 2013

carnet de bord du séjour à Lyon

Par BRIGITTE RICHARD, publié le jeudi 4 avril 2013 09:54 - Mis à jour le mercredi 10 avril 2013 18:28

hôtel de ville de Lyon

 

 Mardi 2 avril 2013

Notre immersion dans le pays de Lugdunum (Lyon) commence inévitablement par un trajet dans le Trafic, que l'on connaît déjà de l'année dernière, trajet qui a duré environ sept heures. A 15h nous sommes à l'auberge de jeunesse que nous découvrons avec un sentiment mitigé : la magnifique vue plongeante sur Lyon et les ruelles tortueuses qui la parsèment est compensée par une odeur de vieille plomberie inutilisée. L'auberge est grande, cependant, et la pièce de vie commune est suffisamment chaleureuse et vaste pour y disputer des parties acharnées de tarot. 

Mais Mme Richard veille au grain et nous extirpe rapidement de nos flâneries : nous avons un programme chargé à entamer. Départ à 16h direction le Musée des miniatures et du cinéma. Bien que le thème soit légèrement éloigné du monde gallo-romain et de ses civilisations, nous ne boudons pas notre plaisir, car ce musée renferme sur huit étages différents accessoires authentiques de films célèbres (comme la baguette d'Harry Potter ou des vaisseaux miniatures de Star Gate utilisés pour le tournage de la série...), ainsi que des maquettes époustouflantes en tout genre. 

Mais l'heure tourne et c'est maintenant la visite de Lyon-même que nous devons entamer. Nous passons donc devant des monuments tels que l'Hôtel Dieu, traversons la place Bellecour et celle des Jacobins, admirons l'hôtel de ville pour enfin se rendre compte que nos jambes s'épuisent et que notre estomac crie famine. Mme Richard nous propose donc de rejoindre un "bouchon" typique pour nous y restaurer. Le menu y est bourratif mais pour le moins efficace : charcuterie, féculents, fromage... Nous eûmes même le droit à un jus de fruit ou à un sirop, chouette !

Et hop, la soirée se termine et nous rentrons à l'auberge aux alentours de 20h30, pour y taper tranquillement le carton.

Tom

Mercredi 3 avril 

Mercredi 3 avril La seconde journée à Lugdunum commence avec une visite guidée du musée gallo-romain sur le thème "être lyonnaise il y a 2000 ans" durant laquelle nous avons découvert que les femmes gallo-romaines avaient bien plus de droits que ce que l'on pensait. Nous avons continué notre journée par une petite escapade à Lyon pour rejoindre le restaurant universitaire dans lequel nous avons déjeuné et où nous avons été très bien accueillis. Nous sommes passés devant le célèbre lycée St Just et devant la fontaine du Trion sur laquelle nous avons pu admirer la dédicace à l'empereur Claude. Après le déjeuner, nous sommes revenus sur nos pas, sur le site du théâtre et de l'odéon antiques, juste à côté du musée gallo-romain où nous avons pu suivre une visite guidée qui nous a conduits jusqu'à la basilique de Fourvière. Là, nous en avons pris plein les yeux : plafonds de style byzantin, mosaïques dorées à la feuille d'or, colonnes de style corinthien, anges cariatides... Nous avons eu le privilège de faire une visite insolite: en effet, nous sommes montés sur les toits de la basilique, d'où la vue de Lyon était imprenable. La guide nous a même dit que, par beau temps, on pouvait apercevoir le Mont Blanc! Après la visite extérieure, nous avons pu voir l'intérieur de la basilique, qui était finalement beaucoup plus impressionnante vue d'en haut. Nous sommes ensuite descendus dans la crypte de style roman consacrée à Saint Joseph.Ensuite, nous sommes allés reposer nos jambes fatiguées à l'auberge de jeunesse, avant de redescendre dans le vieux Lyon pour essayer un autre bouchon "le Laurencin" où les assiettes étaient très dures à finir tant elles étaient pleines. Pour digérer, nous avons ensuite fait une balade pour voir "Lyon by night": nous nous sommes arrêtés devant le théâtre des Célestins et nous avons pu admirer le parking conçu par l'architecte Buren: énorme puits à fenêtres dont le fond est recouvert d'un miroir. Enfin, nous sommes rentrés à l'auberge vers 22h30.

Estelle et Maurine

Jeudi 4 avril

 

Dernier lever à l'auberge de jeunesse, après une nuit assez mouvementée : nous avons tous eu le plaisir d'être réveillés en plein milieu de la nuit par la tonitruante sonnerie d'alarme incendie ! Mais comme il en faut bien plus pour décourager les aventuriers que nous sommes, nous nous mettons courageusement en route. Au programme : la visite du musée des Beaux-Arts; on se promène donc parmi les statues et les peintures en sautant de l'Egypte antique à l'Italie de la Renaissance. Mais avant d'être venus à bout de tout ce qu'on peut voir ici, nous sommes rattrapés par nos estomacs qui nous ordonnent sur le champ de nous jeter sur la nourriture la plus proche. Nous mangeons donc dans un petit resto "aux trois Gaules" en face de l'amphithéâtre du même nom!  Ensuite nous partons admirer les automates en pleine action de la célèbre horloge astronomique de Lyon. Pas de chance : nous apprenons, déçus, qu'elle ne sonnera pas aujourd'hui. Qu'à cela ne tienne, nous admirons en tout cas l'intérieur de la cathédrale. Après une mission sauvetage du sac de Pierre malencontreusement oublié dans le restaurant, nous filons vers notre prochaine destination : le château qui sera notre toit cette nuit .

Clément

Vendredi 5 avril

La dernière nuit s'achève donc, il est à peine 8h00 et il est temps de se préparer pour la dernière journée de notre voyage. Nous quittons alors le château qui nous a servi de gîte ainsi que ce petit village d'une cinquantaine d'habitants, dans lequel nous avons séjourné pour nous rendre au site d'Alésia, la dernière étape de notre parcours.

Pour commencer, c'est au très récent centre d'interprétation que nous nous arrêtons. Dans ce bâtiment vieux d'un an nous avons pu revivre en intégralité la guerre des Gaules et surtout le fameux siège d'Alésia en 52 avant J.C. qui opposa Jules César, à l'époque consul, à Vercingétorix, le chef des Gaulois. Ajoutons que nous avons eu droit à une démonstration de l'équipement et de la façon de combattre du soldat romain.

Le repas du midi s'est déroulé, contre toute attente, dans un petit restaurant au coeur d'Alise Sainte-Reine, l'actuel village où était situé Alésia. Il était en effet initialement prévu de découvrir un repas romain au restaurant du centre d'interprétation mais celui-ci s'est avéré être complet : en contrepartie nous avons pu déguster des « burgers gaulois »…

La journée se termine par la visite des vestiges de la ville antique d'Alésia, devenue gallo-romaine après le siège de l’oppidum gaulois. On ne voyait que les fondations pour la plupart des bâtiments, c'est pourquoi il fallait se munir d'un guide pour pouvoir en reconnaître certains. Avant de partir définitivement pour rejoindre Angers, nous nous sommes arrêtés une dernière fois devant la fameuse et imposante statue de Vercingétorix que nous avions déjà pu souvent apercevoir sur des livres, affiches, écrans, etc...

Ceci est donc la fin de notre voyage, arrivée au lycée à 20h15, la tête remplie de bons souvenirs.

 

Pierre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pièces jointes